07 décembre 2009

Une fille pour mes 18 ans de Feng Tang

Pour voufeng_Tangs donner un résumé cadré voici ce qui est noté en quatrième de couverture :
Qiu Shui e
st obsédé par les seins des filles. L'une d'entre elles, Zhu Shang, le hante en permanence. Cet adolescent brillant, peu sensible à la morale prodiguée par sa mère ou par son professeur de vie politique, préfère s'en remettre aux conseils de son mentor, un délinquant plein d'expérience, se perdre dans la lecture d'Henry Miller et des classiques chinois de l'érotisme, ou encore miser sur les relations de son père pour tirer son épingle du jeu. Il est prêt à tout pour ne pas se laisser imposer une vision du monde et de son avenir : ni l'argent ni le travail n'intéressent cet enfant de la "réforme économique".

Qiu Shui est un personnage extrêmement attachant même s'il connaît les révoltes de tout adolescent qui se recherche. En fantasmant les filles et en rêvant de leurs courbes bien dessinées, il pense faire ses premiers pas dans le monde sexué. Bizarrement, on sent ce secret espoir d'effleurer le corps féminin comme un refuge pour ne pas véritablement se lancer. Le contraste entre la sexualité, qui a l'air de le tourmenter, et les études, où il est une tête en littérature sans vraiment étudier, laisse à penser que c'est encore un grand garçon à l'aube de sa majorité.

Je prends à nouveau appui sur le livre : Une fille pour mes 18 ans est un roman d'apprentissage d'une grande liberté de ton, mêlant vérité crue, tendresse et humour. C'est aussi le portrait d'une génération iconoclaste dans la Chine des années 80, et dont l'insolence tient lieu de conscience politique.

Je confirme que ce livre est puissant par le vocabulaire employé, non qu'il soit riche mais il est solidement pesé. On a l'impression d'avoir un François - héros du Diable au corps de Radiguet - tout dévoué à l'amour mais en même temps campé sur ses a priori. On traverse son imagination sans limites et qui ne connaît pas de tabous, avec plaisir, en se délectant des petits détails et autres trouvailles d'un adolescent en plein changement.
Ne vous attendez pas à un petit livre sans conséquence, car vous pourriez être surpris voire choqués par le mécanisme intérieur de ce Qiu Shui.

Pour citer quelques passages :

- En préambule : "Cette œuvre est pure imagination, les deux grands intérêts de l'écriture étant de s'abuser et de mystifier."

"- Assez bossé, il faut qu'on cause.
- De quoi?
- Qui préfères-tu, parmi les filles du lycée?
- Comment savoir? Je ne les ai pas essayées.
- Pas la peine d'aller si loin, je veux juste ton impression.
- Mais on ne peut pas les classer comme ça ! Les roses sont belles, mais pour la soupe elles ne valent pas le chou-fleur !
" (p. 135)

Mango a lu ce livre. Pour moi c'est un 6,5/10 !

Une fille pour mes 18 ans - Feng Tang ; traduction de Sylvie Gentil (Ed. de l'Olivier, 2009, 248 p.)

Posté par Mélopée à 13:47 - Littérature chinoise - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

  • C'est avec plaisir que je découvre ton blog qui me plaît beaucoup! Je vois que tu aimes comme moi la littérature chinoise entre autres. Je reviendrai te lire souvent et te met dès à présent dans mes liens!

    Posté par mango, 10 décembre 2009 à 01:39
  • Mais t'es la bienvenue sur mon blog Mango ! Je t'ai rajouté dans mes liens préférés et essaierai de suivre aussi tes critiques...

    A très bientôt alors, chez toi ou chez moi !

    Posté par Mélopée, 11 décembre 2009 à 16:47

Poster un commentaire