10 décembre 2009

Tessons roses d'Ornela Vorpsi

tessonsAllez savoir pourquoi, ce petit livret faisait partie des nouveautés de ma médiathèque. La couverture m'a intrigué et le début n'a fait qu'accroître la curiosité : Je suis morte par hasard. Je dis par hasard parce que j'étais encore jeune et je n'étais pas malade. Mais dès qu'il naît, tant il est fragile, l'être humain est déjà en âge de mourir. Je ne devrais donc pas dire que j'étais encore jeune et que je n'étais pas malade, j'étais un humain qui pouvait mourir comme tout le monde à n'importe quel moment, voilà tout.

C'est un petit récit où les moments forts de jeunesse de la narratrice nous sont racontés. Comme des instantanés pris sur le vif et esquissés avec une infinie légèreté. C'est en fait une invitation à la ballade poétique et à l'onirisme, une pause gourmandise pour être plus terre à terre. Des photos ponctuent le récit, autant dire que c'est un petit livre à savourer en un tour de main.

Pas de note car c'est comme un péché gourmand volé entre deux repas !

Tessons roses - Ornela Vorpsi ; traduction de Yann Apperry (Actes Sud, 2006, 45 p.)

Posté par Mélopée à 19:22 - Littérature des Balkans - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Je suis particulièrement charmée par la couverture

    Posté par Celsmoon, 17 décembre 2009 à 19:54
  • J'avoue l'avoir emprunté, de un, car mon regard a été justement attiré par cette couverture et, de deux, car la 4ème de couverture était particulièrement tentante

    Posté par Mélopée, 17 décembre 2009 à 23:52
  • J'avais beaucoup aimé "Le pays où l'on ne meurt jamais" de cette auteure.

    Posté par Ysla, 03 juin 2010 à 20:36
  • @ Ysla : Oui il faudrait que je persévère car ce roman m'avait intrigué mais étant donné le petit format, je suis restée sur ma faim.

    Posté par Mélopée, 06 juin 2010 à 18:04

Poster un commentaire