13 avril 2010

Panda sex de Mian Mian

 

panda_10

 

Ce livre transpire la mélancolie et le spleen chinois propre au Shangaï actuel, très cosmopolite et hétéroclite. Voici ce qui est noté au dos "Amour, sexe et télévision : les Liaisons dangereuses dans le Shangaï d'aujourd'hui".

Le contexte du livre est une sorte de "Big brother" à l'échelle locale chinoise. Deux sœurs sont filmées par l'Acteur (c'est ainsi qu'il est nommé) et leurs frasques sont détaillées, analysées et passées en boucle. Ces filles sont sujettes au "virus du panda" c'est-à-dire qu'elles ne font l'amour que deux fois par an, comme l'animal dont on fait référence. Autour d'elles, on assiste à la décadence de l'élite shangaïenne, entre fêtes arrosées et cancans sur l'amour et le sexe, on emmagasinne toutes ces paillettes et ces masques illusoires. On reçoit des bribes d'information et on se forge une image du gotha télévisuel. Car même si la caméra est braquée sur nos deux héroïnes, les personnages défilent et donnent corps et contenance à la vie capturée. Des Américains, des Européens et tout ce melting-pot s'expriment à tour de rôle et donnent leur vision personnelle d'une ville en pleine effervescence.

Quant à mon opinion, elle est assez mitigée ! J'ai trouvé l'histoire très originale, surtout par rapport à ma conception des mœurs asiatiques. Néanmoins, le style prête parfois à sourire tant il paraît flou et confus voire maniéré dans le mauvais sens du terme. En effet, il y a un paragraphe qui revient sans cesse comme pour marteler un désir profond mais qui crée plus un phénomène de lassitude. Tout comme à la fin du livre où nous avons un passage similaire sur deux pages consécutives : je me demande toujours si c'était un défaut d'impression ou si cela visait à un quelconque autre message subliminal.
C'est du Gossip Girl version chinoise, où tout est permis, où toutes les relations de couple sont envisageables et où cela parait même un peu hardcore par moment.

Mais il y a quelques bonnes trouvailles qui ont réussi à nuancer mon jugement :

Je trouve qu'on devrait vivre à l'envers, tu commencerais par mourir, puis tu passerais par tout ce que tu connais déjà, et ensuite tu retournerais dans le ventre de ta mère. Par exemple quand tu bois un café tu serais déjà endormi, et si tu tuais quelqu'un il ressusciterait, quand tu viendrais juste d'apprendre quelque chose tu l'aurais oublié, après avoir mangé tu aurais faim, après t'être enivré tu boirais et tu ferais l'amour après avoir eu un orgasme. Tu t'es aperçu que plus on vieillit et plus on a besoin d'argent? Si on vivait comme ça, à l'envers, tu en aurais de moins en moins besoin, tu n'aurais pas toutes ces dettes à rembourser et tu serais libre. (pp. 84-85)

Panda sex - Mian Mian ; traduction de Sylvie Gentil (Au diable Vauvert, 2009, 183 p.)

Posté par Mélopée à 00:10 - Littérature chinoise - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Sans hésitation, je passe ... le style flou : non merci !

    Posté par clara, 13 avril 2010 à 09:38
  • Le thème est intéressant mais vu ton avis sur le style, je vais m'abstenir!

    Posté par Edelwe, 13 avril 2010 à 09:55
  • Je n'ai jamais lu de romans de cette auteur. "Les Bonbons chinois" ne m'avait pas tenté. C'est la même chose pour celui-ci.

    Posté par Ajia, 13 avril 2010 à 12:15
  • @ Clara : Oui, tu peux laisser sans regret.

    @ Edelwe : Ah, moi j'ai été très hermétique, sans doute un peu rabat-joie mais la construction du livre, assez novatrice, a été loin de me convaincre de la qualité intrinsèque.

    @ Ajia : Eh bien avant de la lire, je pensais aussi enchainer sur "Les bonbons chinois" mais je suis bien sûr revenue sur mes positions...

    Posté par Mélopée, 13 avril 2010 à 13:41
  • J'ai lu "les bonbons chinois" roman qui ne m'avait pas plu du tout, donc je passe sur celui-ci.

    Posté par Aifelle, 13 avril 2010 à 13:49
  • Je passe aussi. Le thème peut être intéressant mais je suis une grande pinailleuse sur le style et les répétitions... bof!

    Posté par zarline, 13 avril 2010 à 15:52
  • Hop, je laisse !

    Posté par Leiloona, 13 avril 2010 à 19:44
  • j'ai un peu de mal avec les romans asiatiques, la différence de culture peut être

    Posté par pom', 14 avril 2010 à 07:06
  • Je ne suis pas sûre que ce livre soit pour moi.... je passe mon tour !

    Posté par Gio, 14 avril 2010 à 07:27
  • @ Aifelle : Oula Mian Mian fait donc l'unanimité dans la déception. Bien dommage, je ne poursuivrai pas avec elle.

    @ Zarline : Je crois que c'est un style à part. On adhère... ou part car l'auteur a fait ses expériences. Moi j'ai trouvé que c'était ampoulé, bref un livre trop prétentieux.

    @ Leiloona : Je valide, on laisse tomber !

    @ Pom' : Ah mais il y en a de très bons. Je pense à "Balzac et la petite tailleuse chinoise", "Je suis ton papa" ou encore "Le club de la chance". Mais en effet la différence de culture est frappante.

    @ Gio : En fait je ne sais même pas à qui je le conseillerais ce livre-là.

    Posté par Mélopée, 14 avril 2010 à 12:40
  • Un auteur que j'aimerais lire mais peut-être pas ce titre.

    Posté par Manu, 16 avril 2010 à 17:52
  • @ Manu : Tu comptais lire "Les bonbons chinois"? Je n'en ai pas lu de bonnes critiques non plus.

    Posté par Mélopée, 16 avril 2010 à 19:42
  • Effectivement, après les bonbons chinois, elle semble rester dans la même thématique...
    Envie de le lire mais sans que ça soit indispensable non plus !

    Posté par Choco, 17 avril 2010 à 00:01
  • @ Choco : Et tu avais aimé "Les bonbons chinois"? Car s'il est de la même veine je crois que je ne m'y laisserai pas aller.

    Posté par Mélopée, 17 avril 2010 à 22:40

Poster un commentaire