13 juin 2010

Un silence brûlant de Kate Jennings

Je poursuis mon exploration de la littérature australienne. Et ce livre-là m'a tout particulièrement enthousiasmée !

jennings1

 

Nous sommes dans la campagne australienne au moment du mariage de Rex et Irene. Lui est fermier, elle est une femme à hommes qui ne se lasse pas de séduire. Ils se marient comme ça, par la force des choses car à l'époque lorsqu'on se rencontre et qu'on se plait on se marie.
Puis le quotidien prend le pas et les éloigne l'un de l'autre. D'autant que Rex vaque à ses occupations et veille à laisser sa femme tranquille. Une première fille arrive qui, loin de renforcer le couple, fait s'agrandir le gouffre qui demeure entre eux. Puis un deuxième enfant rejoint le foyer et le silence persiste. Irene est irritable, elle est insupportée par les manies et réponses de son mari. Les enfants l'agacent et son unique porte de sortie est l'échappatoire du samedi soir c'est-à-dire les bals ou autres réceptions qui, loin de la rapprocher de son époux, lui donnent l'occasion de rencontrer de nouveaux hommes et de papillonner à droite à gauche. Pour Rex c'est une passade qu'il supporte en fermant les yeux et en étant indulgent mais le malaise perdure et le dialogue ne s'instaure toujours pas. Nous suivons donc ce jeune ménage aux prises avec un malaise indomptable qu'ils fuient à tout prix : la communication.

Ce livre dont je n'avais jamais entendu parler et dont je ne connaissais ni le contenu ni l'auteur, m'a tout de suite happée. La structure est des plus plaisantes car ce sont de courts chapitres qui sporadiquement retracent la vie du couple. De leur individualité, qui fait leur force, à leur union qui, si fragile, est constamment menacée, on suit les pérégrinations de chacun avec une sorte de jubilation. Car si les deux personnages sont loin de se trouver, ils ne cessent de nous interpeller dans leur mutisme et leur obstination à cohabiter sans se parler. Le style de Jennings est très plaisant ! Elle parvient, par des anecdotes, à nous clouer à l'intrigue et à nous interroger sur le dénouement d'une relation qui tangue déjà dangereusement.
Je suis vraiment très emballée par ce roman australien, extrêmement prometteur, et compte bien poursuivre dès que possible avec cette auteur.

Pendant des années, il avait eu l’impression que ses enfants étaient des passagers embarqués dans un train qui allait Dieu sait où et qu’il était au bord de la voie ferrée, silhouette solitaire qui leur faisait signe, chaleureusement tout d’abord, puis frénétiquement, comme un homme possédé, jusqu’à ce qu’il n’ait plus que le vide en face de lui. (p. 175)

Un silence brûlant - Kate Jennings ; traduction de Sabine Porte (Eds des 2 Terres, 2005, 181 p.)

Posté par Mélopée à 23:08 - Littérature australienne - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Tentatice du lundi matin !!!la semaine commence bien...

    Posté par clara, 14 juin 2010 à 08:39
  • Je ne connais ni le titre, ni l'auteur mais ton billet donne envie de les découvrir!

    Posté par pimprenelle, 14 juin 2010 à 10:48
  • Même si j'aime les romans qui se déroulent en Australie, celui ci ne me tente pas plus que ça et c'est tant mieux pour ma PAL !

    Posté par Géraldine, 14 juin 2010 à 12:19
  • Tiens, il me tente beaucoup celui-là!

    Posté par aBeiLLe, 14 juin 2010 à 14:33
  • Je vais plutôt rester sur Elizabeth Jolley dont les thèmes me tentent davantage.

    Posté par Manu, 14 juin 2010 à 19:35
  • Je ne connais absolument pas la littérature australienne. Vu on billet et ton enthousiasme, je note ce titre, merci !

    Posté par soukee, 15 juin 2010 à 15:41
  • Décidémment, cet éditeur semble avoir de chouettes choses à proposer !

    Posté par Choco, 16 juin 2010 à 00:47
  • Auteur peu connu, littérature australienne que je ne connais pas et le sujet me plait, je le note... et j'aime aussi la maison d'édition

    Posté par Emilie, 16 juin 2010 à 16:57
  • @ Clara : Quel plaisant souvenir de lecture ! S'il y a bien une auteur dans mes priorités de lectures australiennes c'est bien Kate Jennings à présent.

    @ Pimprenelle : Sans m'avancer, je peux tout de même affirmer que c'est une valeur sûre. Bon je m'avance un peu mais je suis sûre de moi.

    @ Géraldine : Au prochain peut-être?!

    @ aBeiLLe : Belle aBeiLLe, il est pour toi celui-là, c'est sûr !

    @ Manu : Elle est plus rude à aborder Jolley mais je comprends que t'accroches plus à ses thèmes à elle.

    @ Soukee : Bonne découverte de la littérature australienne ! Je suis en plein dans ma période là. Encore un à grappiller normalement

    @ Choco : Effectivement l'éditeur est vraiment prometteur. A surveiller !

    @ Émilie : J'ai hâte d'avoir ton avis sur ce livre-ci qui je crois peut plaire à une majorité.

    Posté par Mélopée, 23 juin 2010 à 23:58

Poster un commentaire