24 juillet 2010

White night wedding de Baltasar Kormakur

Amis blogueurs, je voulais introduire sur ce blog une nouvelle catégorie. Je vous l'ai peut-être caché, je me suis peut-être gardée de tout vous dévoiler mais je suis une fervente adepte du cinéma. Plus exactement, j'aime le cinéma d'art et d'essai et prends un plaisir fou à aller découvrir ces films dont personne ne parle. Voilà donc pourquoi j'avais envie de vous parler de ces films qui m'émeuvent, me font plaisir ou me laissent avec l'étrange sensation d'être toute petite devant de grandes choses.

 

C'est donc une grande passion qui m'occupe beaucoup, presque autant que la lecture à vrai dire. Récemment j'ai vu l'excellent Dans ses yeux (oscar du meilleur film étranger 2010) qui m'a tenu en haleine jusqu'à la dernière minute (mais dont j'ai déjà vu de très bonnes critiques). J'ai vu aussi Repo Men, avec le, ô combien, charmant Jude Law (je vous rappelle que je faisais partie de la Jude Law team lors du Books & the City de cette année), film fantastique qui se projette dans un futur où les hommes auraient des mécanismes en guise de greffons. Les tarifs exorbitants ne permettraient pas de payer la totalité de la greffe et les Repo Men seraient des agents payés pour aller retirer les "organes" greffés sur les personnes n'ayant pas réglé la facture. Un très bon film qui fait réfléchir sur la valeur du corps humain, de la vie...

Mais aujourd'hui, je vais vous parler d'un film islandais.

White night wedding de Baltasar Kormakur
(sortie le 21/07/2010)


white


C'est tout chaud (enfin tout froid, au choix), j'ai été à la séance de 16h et je suis restée tout à fait bouche bée du début à la fin. Je peux l'affirmer sans me tromper, je suis certaine de ne pas avoir vu de films islandais de ma vie. Pour une première immersion dans les images, venues de là-bas, j'ai été servie.
Autant vous dire que ce qui m'a charmé d'emblée et pendant tout le film ce sont les paysages enchanteurs sortis d'un autre temps. La nature y est omniprésente, les jeux de lumière et les couleurs y sont splendides, bref on ne peut qu'être happé par le cadre.
En ce qui concerne le cadre, nous sommes sur la petite île de Flatey. Déjà que l'Islande me semblait petite, là Reykjavik semble immense à côté du petit îlot qui sera le centre de l'action pendant tout le film.

Jon est un professeur de philosophie quadragénaire qui mène une existence paisible avec sa femme Anna. A peu de choses près car Anna semble avoir quelques problèmes psychologiques qui la font dessiner des algues par série de dix, faire du vélo à moitié nue...
Et à côté vient la jeune et ravissante Thora qui tente de le séduire. Habilement l'étau se resserre et Anna devient de plus en plus paranoïaque, ou de plus en plus lucide (c'est un peu dur de différencier les deux).
On suit les événements précédents le mariage (de Jon et Thora) avec l'arrivée des invités, la préparation du grand jour. Entre la mère de Thora, qui est bien décidée à ce que son gendre règle une dette qu'il a contracté depuis un moment, et le témoin un peu lourdaud toujours prêt à picoler, on est proche du vaudeville. D'autant qu'un certain trouble semble persister autour du sujet Anna. Que s'est-il passé pour qu'en un an Jon déjà marié à Anna, en soit déjà à l'aube d'épouser une de ses élèves?

Même si l'intrigue en elle-même n'a pas de réel attrait car les brusques revirements de position de la mariée ou du mariée sont dignes d'une comédie américaine gentillette, le reste est nettement plus convaincant. Là, le ton est plus lourd comme teinté d'une certaine mélancolie ambiante. C'est comme si le mariage était un événement comme les autres, pas plus tristes mais aussi pas plus heureux. C'est encore plus accentué par les scènes potaches, l'humour tout à fait décalé ou les personnages qui paraissent jouer un film dans le film (difficile à décrire). Je crois pouvoir dire que l'ancrage est tout à fait islandais. Dans un livre islandais que j'avais lu (Pendant qu'il te regarde, tu es la vierge Marie de Gudrun Eva Minervudottir), j'avais déjà trouvé des situations loufoques, un humour tout à fait inhabituel. C'est exactement le même sentiment que j'ai ressenti en voyant le film. On est un peu interloqué, presque charmé mais souvent décontenancé. Une scène m'a particulièrement émue : on assiste à une soirée dans une chaumière où des gens jouent de la musique. Ben je vous le donne en mille mais une fillette joue de l'archet sur quelque chose qui semble être une scie. Après conversation entre les protagonistes on a confirmation que c'est bien une scie. Comme si c'était normal qu'une fillette joue "du violon" sur une scie.

Un film épatant ! Allez-y au moins pour les images époustouflantes d'une nature qui a encore tous les pouvoirs. Quant à moi j'ai maintenant une furieuse envie de prendre un billet d'avion pour aller y voir de plus près.

Pour finir quelques photos de l'île de Flatey où se déroule le film. Ça a l'air somptueux ! (et dans le film c'est encore mieux rendu)

flatey

Flatey_thorp

Source des photos :
Première photo - L'Internaute
Deuxième photo - Wikipédia

Posté par Mélopée à 22:51 - Cinéma - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Je retiens le titre, en espérant qu'il passera dans ma ville.

    Posté par Aifelle, 25 juillet 2010 à 07:13
  • Ça dépend si tu passes dans une grande ville ou pas. Moi à Paris j'ai quand même dû faire du transport pour pouvoir y aller. Mais je te le souhaite !

    Posté par Mélopée, 25 juillet 2010 à 10:41
  • Youhou du cinéma Je suis ravie de pouvoir lire tes futures critiques de films, c'est bien aussi de diversifier. Et puis ça reste tout de même très culturel
    Je n'ai pas vu celui là mais au vu des photos, le décor a l'air spectaculaire, donc je me laisserais bien tenter

    Posté par Isleene, 25 juillet 2010 à 11:06
  • @ Isleene : Oui de toute façon je ciblerai toujours des films "moins accessibles". Parce que parler de Shrek ou Toy story 3 je crois que beaucoup de gens le relaient sur leur blog. Bref en avant toute pour les salles toute pour les salles obscures !

    Posté par Mélopée, 25 juillet 2010 à 11:17
  • Une nouvelle catégorie très sympa, je ne suis pas une cinéphile avertie mais le film que tu présentes à l'air intéressant et je ne le connaissais pas.

    Posté par Emilie, 25 juillet 2010 à 15:24
  • @ Émilie : Je me disais aussi que plutôt que de laisser le blog statique il valait mieux varier les champs de la culture. Et je compte tout de même laisser une place de choix aux livres. En tout cas je suis bien contente d'avoir attiré ton attention sur ce film-là.

    Posté par Mélopée, 25 juillet 2010 à 15:54
  • Je vais souvent au cinéma Art et Essai donc je vais suivre tes billets avec beaucoup d'attention !

    Posté par **Fleur**, 25 juillet 2010 à 20:45
  • Bonsoir Mélopée, je compte bien y aller. J'ai déjà vu une comédie islandaise (dont je ne me rappelle plus le titre) qui permettait de voir les paysages islandais (en effet magnifiques!)

    Posté par dasola, 25 juillet 2010 à 23:32
  • @ **Fleur** : Je tenterai donc de vous faire partager assez régulièrement mes dernières sorties ciné alors.

    @ Dasola : Ah je suis preneuse si tu retrouves le titre. L'Islande m'avait toujours fait rêver mais ce film n'a fait que raviver mon envie d'aller un jour là-bas.

    Posté par Mélopée, 26 juillet 2010 à 00:14
  • J'avais vu l'année dernière Mariage à l'islandaise mais j'avais été un peu déçue par ce qu'il montrait des paysages de l'Islande, le film se passant pratiquement tout le long dans un bus.
    Je vais essayer d'aller voir celui-ci

    Posté par Slo, 30 juillet 2010 à 16:47
  • Je l'ai vu cet après-midi et j'ai beaucoup aimé ! le côté loufoque, les paysages, certaines scènes (les hommes quand ils chantent) bref, plein de moments sympas ou graves. J'ai souvent ri franchement.

    Posté par Aifelle, 11 août 2010 à 20:29
  • @ Slo : Moi en tout cas j'ai drôlement envie d'en savoir plus sur "Mariage à l'islandaise". Car tout ce qui entoure l'Islande m'intrigue énormément. Je prends note et te conseille encore mille fois celui-ci (au moins pour les paysages qui, je suis sûre, te raviront)

    @ Aifelle : J'ai lu ta critique avec attention. Je suis vraiment très contente que t'aies aimé ce film. Moi aussi j'avais ri franchement et ça m'avait fait un bien fou !

    Posté par Mélopée, 12 août 2010 à 23:21

Poster un commentaire