26 juillet 2010

Tu pourrais rater intégralement ta vie de Toni Jordan

Je voulais écrire cette critique tant qu'elle était encore fraiche dans ma tête. Je viens de refermer le livre et j'ai eu tout de suite envie d'y mettre mon grain de sel (ce qui est plutôt bon signe).

 

tu_pourrais

 

Grace Lisa Vanderburg compte tout. Elle a 35 ans, elle vit seule et a pris comme habitude de tout additionner, de faire ses comptes dans sa tête puis peu à peu à vive voix. Elle compte les lettres de son prénom, les lettres de ses interlocuteurs, elle agit en fonction d'une logique implacable : elle se rend toujours à la même heure dans le même café où elle commande le même gâteau saupoudré de graines de pavot. S'il n'y avait que ça... Non, ladite Grace pousse le vice jusqu'à compter les pas qui la relient d'un point à un autre. Même les poils de la brosse à dents y passent et sans ces chiffres correctement consignés dans un carnet, Grace a des sueurs et panique. Dans tous ses plans, elle n'avait pourtant pas prévu de croiser sur sa route le charmant Seamus Joseph O'Reilly (un autre 19 de lettres). Comment composer avec ses propres manies lorsqu'un homme pose un regard aimant et attentif sur vous? Comment justifier l'irraisonnable?

Quel livre bizarre ! Déjà car j'ai moi-même du mal à me figurer qu'on puisse prendre plaisir à tout compter à longueur de journée. Les chiffres n'ont jamais été mes amis alors loin de moi l'idée de tous les rassembler en rangs ordonnés. Car tous les nombres, que Grace fixe noir sur blanc, sont fluctuants et tout est à refaire le lendemain. Comment peut-on se condamner à toujours faire des calculs avant d'agir?
Car c'est le cas, Grace ne peut pas sortir de chez elle sans avoir fait ses sempiternels comptes. C'est une obsession de toujours procéder dans un ordre bien défini, de toujours s'asseoir à une table puis de changer d'un jour sur l'autre en suivant les aiguilles d'une montre. Grace est une fourmi, elle ne semble pas être en proie aux passions, a une vie olé olé et ne peut que finir vieille fille dans ces conditions.
Car Grace semble avoir bloqué les compteurs au niveau séduction. Elle bougonne devant sa sœur cadette, Jill, mère de 3 enfants et déjà si à cheval sur l'éducation. Sa confidente c'est Larry, sa nièce qui est comme une amie (non, non point de choc de générations).

Alors quand vient Seamus tout est chamboulé. Il faut faire de la place dans ce petit appartement qui n'a vu entrer personne jusqu'alors. Il faut aller plus vite dans les calculs pour ne pas être en retard ou... il ne faut plus faire de calculs du tout. Seamus a le chic pour faire de chaque jour un renouveau alors les vieilles habitudes sont "de force" mises au placard. Mais il n'est pas dupe et a remarqué que quelque chose clochait. Oui, pourquoi acheter 10 salades, 10 bananes, 20 brosses à dents (ah les chiffres ronds !)?
Et si un changement de fond était à prévoir pour que ces deux-là arrivent à composer ensemble?

J'ai trouvé certains passages désopilants car on imagine parfaitement tous les rituels, qui nous paraissent à nous ridicules, mais qui sont pour Grace sensés et inévitables. On n'a pas idée de ce que peut être une vie sans répit, une vie où tout devrait être saisi dans toutes les proportions. Moi ça me ferait juste froid dans le dos. Mais avec Grace, on rit !

Je dors dans un lit une place car j'ai horreur de la vaste étendue des lits doubles. Avant le mariage de ma sœur, nous avons dormi, à une demoiselle d'honneur par chambre, dans un hôtel cinq étoiles de la ville plein de joueurs et de couples. Dans un lit "kingsize", conçu pour ces énormes rois américains, je suis restée paralysée toute cette longue nuit parce que, à chaque mouvement, mes jambes entraient dans une zone froide. Je ne savais jamais où se trouvait le bord.
Dans mon lit simple, je le sais. J'en connais la largeur et la longueur car je peux les mesurer avec la largeur de ma main et suivant le nombre de coups de pied, et il n'y a pas de zone où je ne puisse sentir la chaleur que mon corps dégage. Un lit double est un défi, une question. Un lit simple forme un tout avec moi, seule. Un lit double est une promesse vide. Une menace de vieille fille. Rien que l'idée d'en avoir un chez moi me fait mal aux reins. Je ne saurais pas comment m'y coucher. (p. 75)

Je rejoins toutefois l'avis de Calypso, un titre un tantinet plus court n'aurait pas nuit à l'intrigue. Le titre australien étant Addition. Mais enfin c'est juste pour pinailler !

Tu pourrais rater intégralement ta vie - Toni Jordan ; traduction de Jean Guiloineau (Editions Héloïse d'Ormesson, 2010, 268 p.)

Posté par Mélopée à 00:08 - Littérature australienne - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Je n'ai pas trop envie de me plonger dans cette histoire de tics et de tocs !

    Posté par Aifelle, 26 juillet 2010 à 06:33
  • Le sujet ne m'attire pas... je passe.

    Posté par clara, 26 juillet 2010 à 07:53
  • Ce livre me tente bien. J'ai déjà lu quelques billets positifs et à chaque fois je me dis qu'heureusement que les blogs existent car cette couverture et ce titre ne donnent vraiment pas envie.

    Posté par zarline, 26 juillet 2010 à 09:51
  • Oui, le titre n'attire pas forcément le lecteur, mais quelle lecture en tout cas ! J'en garde un très très bon souvenir !

    Posté par calypso, 26 juillet 2010 à 17:31
  • Ça me plaît bien moi ce sujet, surtout que ça a l'air plutôt drôle, et côté australien j'en connais pas beaucoup des divertissants sympa. Et la chance est de mon côté, il est en VO à ma bib'! Décidément, tout pour que je le lise!

    Posté par A_girl_from_eart, 26 juillet 2010 à 22:29
  • Très tentant ! Le titre déjà m'attire, ça sent la farce tragi-comique comme j'aime

    Posté par Pickwick, 27 juillet 2010 à 15:57
  • Je connais une personne qui a tellement de TOC que tout a été chamboulé... je ne sais pas si je serais capable d'en rire. Toutefois, je suis bien curieuse...

    Posté par Karine:), 27 juillet 2010 à 19:53
  • La couverture fait très chick litt ou livre de yoga !

    Posté par Manu, 28 juillet 2010 à 08:34
  • Un livre qui parait très sympa, je note tout de suite, j'adore ce genre de personnage déjanté.

    Posté par Emilie, 30 juillet 2010 à 20:24
  • Bonjour !

    Tu n'as pas répondu à mon mail du 19 juillet au sujet du livre voyageur "Pétales".
    Si tu souhaites le lire, donne-moi ton adresse .. sinon dis-moi si tu as changé d'avis.
    Merci !

    Posté par Leiloona, 01 août 2010 à 10:52
  • Merci pour ton colis! Le MP est super original! J'adore!

    Posté par Edelwe, 05 août 2010 à 12:47
  • bonjour..

    aujourd'hui c'est l'anniversaire de sophie herisson08..

    merci d'aller lui souhaiter si tu peux.. http://delivrer-des-livres.overblog.com

    bon dimanche !!

    Posté par lapinbleu2, 08 août 2010 à 07:21
  • @ Aifelle : Je crois que les tics et les tocs ne sont que prétexte à montrer que, quelle que soit notre nature profonde, nous pouvons rencontrer des gens avec qui ça peut coller.

    @ Clara : Au prochain alors !

    @ Zarline : Bien d'accord ! Les blogs sont une vraie mine d'or pour faire remonter les pépites à la surface.

    @ Calypso : Oui ça a été une lecture très plaisante et qui donne curieusement envie de sourire et d'être heureux.

    @ A girl from earth : Je guette, je guette si tu le lis ! Mais en VO waw, moi je crois que je serais passée à côté des infos. La VO ce sera pour du Charlaine Harris (oui, oui pas trop de pression)

    @ Pickwick : Oui c'est dans le ton. Une jolie comédie à l'australienne.

    @ Karine : C'est sûr que connaître des gens atteints de ce genre de pathologies devraient donner un autre niveau de lecture à l'histoire. Toutefois au premier degré et sans trop se prendre la tête l'intrigue est très chouette !

    @ Manu : Concernant la couv j'opine pour la chick litt. J'ai dû relire le résumé deux fois pour être sûre que ce ne serait pas trop mièvre.

    @ Emilie : Alors bonne découverte et bonne lecture à toi !

    @ Leiloona : I'm waiting ... impatiemment même !

    @ Edelwe : C'est moi qui suis ravie que ça te plaise. Je n'étais pas très sûre de mes choix mais c'est vrai que j'ai moi aussi craqué pour le MP.

    @ Lapinbleu2 : J'attends maintenant les billets avec impatience

    Posté par Mélopée, 12 août 2010 à 23:16
  • Toc, tic, obsession, manie... C'est vrai que certains vivent un enfer intérieur sans pouvoir s'en sortir. Ce livre me tente bien, sans doute aide -t-il à mieux comprendre.

    Posté par Géraldine, 13 août 2010 à 00:10
  • @ Géraldine : En fait je pense qu'il aide à mieux concevoir le fait que ces gens-là, bien que l'esprit toujours occupé à leurs tocs, ont un cœur, des sentiments et quelque part une souffrance qu'ils dissimulent.

    Posté par Mélopée, 13 août 2010 à 20:05
  • Tiens tiens, il va remonter dans ma PAL, merci !!

    Posté par Canel, 17 août 2010 à 21:20
  • @ Canel : Me voilà flattée ! Maintenant j'attends le verdict finale

    Posté par Mélopée, 17 août 2010 à 22:34
  • tiens, pourquoi pas? il voyage, ce livre? (si oui; faelysmail@yahoo.fr)merci!! et belle journée à toi!!

    Posté par faelys, 19 août 2010 à 13:34
  • @ Faélys : Eh non, je l'avais emprunté à la bibliothèque. Mais je te souhaite de mettre la main dessus pour t'en faire une idée.

    Posté par Mélopée, 20 août 2010 à 22:03
  • Moi je trouve le titre français plutôt original, c'ets vrai quoi, on pourrait aussi rater intégralement sa vie !

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 21 août 2010 à 19:04

Poster un commentaire