07 septembre 2010

Lydie de Zidrou et Jordi Lefèbre

lydie1_225x300


Tout se passe dans l'impasse du "bébé à moustaches", cadre de vie d'une petite famille installée depuis longtemps au 3bis. Dans la maisonnée il y a Camille, la fille un peu simplette sur qui tout le monde se retourne avec indulgence. Il y a le père, homme intègre et protecteur, qui veille sur sa fille unique, depuis le deuil de sa femme. Et enfin il y a un nouveau-né qui vient de naître au domicile. La BD commence ainsi, sur cette naissance qui aurait tout de miraculeux pour sublimer la vie de ces deux êtres esseulés. Mais le bébé de Camille, Lydie, est mort-né. C'est l'affliction dans le foyer, un drame pour la jeune fille qui vivait dans l'attente d'être maman.
On vit quasiment sous le même toit dans l'impasse et les habitants sont donc au courant les premiers. Chez tous on compatit, on se lamente sur le sort de la pauvre Camille sur qui la vie s'acharne. Mais voilà qu'un beau jour Camille accourt, son bébé est revenu à la vie. Stupéfaction d'abord puis tous se rendent compte que Camille rêve toute éveillée. Elle hallucine la petite présence, croit de toutes ses forces (et est sans doute convaincue) du retour de Lydie. Les habitants, d'abord décontenancés, ne peuvent que jouer la comédie devant cette mère qui a retrouvé la joie de vivre. Tout le monde met la main à la pâte pour que Lydie grandisse comme n'importe quel enfant : le médecin, la boulangère, les enfants du quartier et même l'institutrice, tous font une place à cette petite fille invisible.

Cette BD est un grand, très, très grand coup de cœur ! La couverture m'avait intrigué et j'ai donc pris un grand plaisir à lire cette histoire hors-du-commun. C'est toute la solidarité d'un village qui se met en branle pour faire renaître de leurs cendres une mère et sa fille. On est touché de la simplicité de cette brave Camille qui lutte pour avoir droit elle aussi à sa part de maternité. Quant aux dessins ils sont juste très beaux, sobres comme sur une photographie en noir et blanc mais aussi empreints d'une sorte de mélancolie reflétée dans des personnages hauts en couleur. Pour ma part cela m'a rappelé les dessins de Sylvain Chomet (dont j'avais adoré Les triplettes de Belleville et L'illusionniste), d'une grande force poétique et tout en nuances.
C'est un vrai bonheur de prendre part à cette vaste entourloupe qui est en fait un mensonge qui ne peut que faire du bien à l'âme et au cœur. On ferme la BD avec le sentiment d'avoir grandi et de pouvoir accepter même les plus grands bobards à partir du moment où ils peuvent rendre la vie meilleure.

Merci à Belle Sahi et Val d'en avoir parlé, sans vous je crois bien que je serais passée à côté !

Lydie - Zidrou et Jordi Lefèbre (Dargaud, 2010, 56 p., Collection Long courrier)

Posté par Mélopée à 23:09 - BD, mangas - Permalien [#]
Tags : , ,