07 novembre 2010

Une vague inquiétude de Ryûnosuke Akutagawa

Premier livre que j'ai lu lors du lecturothon (voir critique du 1er novembre) et stratégiquement il a su m'intriguer suffisamment pour m'ouvrir l'appétit livresque. Car ce livre est un tout petit recueil de nouvelles d'un auteur mort à 35 ans. N'ayant jamais rien lu de lui, j'ai tout de suite été charmée par le ton de ces histoires : froid et précis.

vague_inquietude

 

Première nouvelle, "Le masque" nous laisse entrevoir le personnage d'Heikichi, clown à ses heures d'autant plus incontrôlable qu'il boit souvent. A l'occasion de ses beuveries il fait le pitre et amuse la galerie en dansant, arborant son fameux masque hyottoko. Sauf que le dénouement sera tout autre cette fois...
Il y a du Maupassant dans cette nouvelle car derrière le personnage fantasque on sent toute la profondeur d'une personnalité qui peine à s'exprimer malgré le déguisement, la danse, les fêtes...

Deuxième nouvelle "Un doute" confronte deux hommes, deux parfaits inconnus qui se retrouvent pour une confession que l'un fait à l'autre comme pour s'expurger d'une faute qu'il garderait sur la conscience. L'un est invité pour donner des cours de morale, l'autre s'invite pour chercher réconfort et écoute. Le second raconte donc l'histoire d'un tremblement de terre, celui de Nôbi, qui a dévasté sa vie. Lors de celui-ci, sa femme est restée coincée sous les décombres, le bas du corps coincé sous une poutre. La fumée se fait grandissante, l'incendie approche et la femme supplie que son mari lui vienne en aide. Et cet homme paniqué tente de trouver une solution, sentant leurs efforts conjoints vains.
Une nouvelle sur le choix qui bien évidemment laisse place au doute car qui prend une décision doit toujours peser le pour et le contre, doit toujours être sûr d'être au clair avec sa conscience. Je ne vous livre pas la fin mais c'est vrai que cette seconde nouvelle m'a bien fait réfléchir.

Troisième et dernière nouvelle "Le wagonnet" ou comment une simple distraction peut déraper sans qu'on voie venir les répercussions. Ryôhei a 8 ans lorsqu'il voit se construire une voie ferrée à proximité. Débrouillard et toujours avide de nouveautés, ce sont les wagons, transportant les matières premières, qui retiennent son attention. Avec son frère et un voisin, il subtilise un jour un wagonnet pour partir un peu en voyage. Vite rattrapé, il rend l'objet du délit mais garde un œil sur ces curieux moyens de locomotion. Et un jours l'occasion de représente, de remonter dans un wagon. Ce sont deux ouvriers qui proposent qu'il grimpe dans les descentes. Eh hop, le voilà qui dévale les pentes les unes après les autres, s'éloignant toujours davantage de son petit village. Puis la prise de conscience survient : il fait nuit et il est loin de tout en compagnie de parfaits inconnus. Le voilà donc à courir pour regagner sa confortable chaumière, trébuchant dans la pierre. Et c'est un petit garçon encore sous le choc qui franchit les portes de sa maison.

En somme, voilà un petit recueil sans prétention mais à la plume tout à fait décisive. Car les histoires sont courtes et très différentes. Le dénominateur commun c'est cette espèce de noirceur : la peur de la vie, les remords, la nuit recouvrant tout. Les personnages sont agités de curieux instincts : ils semblent agir comme des pantins et ne pas avoir de prise sur leur existence.
J'ai vraiment été happée par ce petit recueil et relirais avec plaisir du Ryûnosuke Akutagawa.

Une vague inquiétude - Ryûnosuke Akutagawa ; traduction de Silvain Chupin (Editions du Rocher, 2005, 84 p.)

Posté par Mélopée à 12:15 - Littérature japonaise - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire