12 janvier 2011

Purge de Sofi Oksanen

J'achève ma lecture du roman phénomène, distingué par le prix Fnac, écrit par une jeune estonienne. Vous l'aurez compris, il s'agit de Purge, un roman à tiroirs qui est bien plus qu'une histoire de rencontre entre deux femmes.

arton113

 

On est dans les années 90, Aliide est une vieille femme, recluse dans sa maison à la lisière de la forêt estonienne. Elle a toujours vécu ici et malgré les menaces, les pierres qui sont souvent jetées contre sa porte, elle demeure une citoyenne de l'ombre, qui ne partira pas. Aux antipodes il y a Zara, une toute jeune fille qui rien n'arrête, qui a fui la Russie pour gagner l'Estonie. Et c'est donc par le plus pur des "hasards" que ces deux femmes se rencontrent.

Aliide a un passé qui la rattrape, de nombreuses affaires troubles dans lesquelles elle a trempées. Elle est une femme résignée, condamnée à rester porte close dans cette maison où se sont déroulés de nombreux drames. Quant à Zara, bien que jeune, elle a été bringuebalée de Russie jusqu'en Allemagne, embrigadée par des mafieux qui l'ont prostituée. C'est dans les années 40, quand l'Estonie était occupée tour à tour par la Russie puis par l'Allemagne, qu'a commencé l'histoire. Les déportations vers la Sibérie se faisaient en masse et les dénonciations allaient bon train.
On se demande au départ ce qui a conduit la courageuse Zara à venir s'isoler si loin sa terre native. De fil en aiguille, les relations s'éclaircissent et, outre les tourments politiques, les deux femmes font l'apprentissage d'une réalité.
Et si l'occupation et le silence avaient engendré un lien entre ces femmes? Et si le passé pouvait ressurgir encore plus fort que ce qu'il a été?

Je dois bien l'avouer, mon opinion va à contrecourant des critiques précédentes. Je me suis sentie à maintes reprises perdue dans les évènements politiques, dans les flash-backs entre 1940 et 1990. La trame a beau être incroyablement bien étudiée et l'engrenage bien ficelé, ces deux femmes qui sont les personnages centraux, ont été pour moi sans réels reliefs. Aliide, la vieille femme quelque part un peu punie de ces agissements en période trouble, a été le point culminant de mon antipathie. Car on est dans le descriptif et Aliide agit froidement, égoïstement et sans scrupules. Malgré la vieillesse, on a du mal à se l'imaginer affaiblie et bienveillante. Quant à Zara, elle est le trait d'union qui relie le passé russe à la petite Estonie. Est-ce la lueur d'espoir? Le renouveau? On en doute car elle aussi a trinqué en étant faite le parfait objet des Russes qui la poursuivent.

C'est un roman où on se sent quelque part un peu découragé et fataliste car les deux femmes ont perdu beaucoup, vivent dans la peur et n'ont presque plus confiance au genre humain.
Peut-être que l'Estonie et son Histoire me sont trop méconnues et éloignées pour que j'aie un quelconque attachement à ce roman alambiqué. C'est un livre qui sort de l'ordinaire et m'a amené dans mes retranchements, c'est certain. J'ai dû insister pour le finir, garder le fil conducteur... et j'en sors bien perplexe !
Il va falloir que je réessaie la littérature balte pour me départir de cet avis plutôt négatif.

Purge - Sofi Oksanen ; traduction de Sébastien Cagnoli (Stock, 2010, 399 p., "La Cosmopolite")

Posté par Mélopée à 11:23 - Littérature scandinave - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Ah dommage ! mais je comprends que ce roman puisse ne pas convenir et bousculer beaucoup. Je n'ai pas eu trop de mal à me repérer dans les périodes, ni dans les évènements.

    Posté par Aifelle, 12 janvier 2011 à 13:00
  • Oui, dommage. Il va définitivement falloir que je finisse par le lire afin de me faire mon propre avis.

    Posté par Karine:), 12 janvier 2011 à 16:08
  • je l'ai offert à Noël, pour faire plaisir... mais aussi avec l'idée de le lire par la suite!!

    Posté par choupynette, 12 janvier 2011 à 16:57
  • Tu n'es pas le premier avis négatif que je lis.

    Posté par Valérie, 12 janvier 2011 à 18:43
  • Ah zut ! c'est dommage !

    Posté par clara, 13 janvier 2011 à 10:26
  • pas très original, mais moi aussi je dis "dommage"... même si je comprends tout à fait qu'on puisse être un peu "perdu" avec ce livre...

    Posté par lasardine, 13 janvier 2011 à 18:08
  • Ce n'est pas la première fois que je lis un avis comme le tien alors ça me freine un peu je n'aime pas trop me sentir trop perdue dans un roman et ne pas tout comprendre (ici on ne peut pas être des experts en géo politique ...)
    Merci pour cet avis !

    Posté par Didi, 13 janvier 2011 à 21:36
  • Un avis qui détonne des critiques de la blogo. Je l'attends en livre-voyageur, histoire de me faire ma propre opinion.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 14 janvier 2011 à 10:27
  • J'ai mis ma lecture de ce livre en pause, principalement parce que je suis perdue par rapport au contexte historique... Pourtant, j'aime beaucoup quand même. C'est là que je regrette de ne pas avoir fait d'études...

    Posté par Mélo, 14 janvier 2011 à 17:51
  • J'ai envie de le lire mais plus tard quand l'engouement sera retombé.

    Posté par Manu, 16 janvier 2011 à 13:40
  • Pour ma part, j'ai bien aimé ce livre, sauf la fin que je n'ai pas comprise. Si quelqu'un peut m'éclaircir ... La construction est originale et le caractère des deux femmes est très lié à tout ce qu'elles ont subit. Par moment,les évènements et le rythme sont très durs, mais l'auteur gère cette dureté avec brio, par exemple la scène d'humiliation vue par une mouche au plafond. Globalement,cela nous ouvre l'esprit sur l'histoire de ces petits pays baltes qui ont subit des dominations successives.

    Posté par Lily, 16 janvier 2011 à 14:35
  • @ Aifelle : Eh oui, c'est sans doute que j'en attendais beaucoup et que ce contexte estonien m'échappait complètement. Dur de rester accrocher dans ce cas-là !

    @ Karine : Je crois qu'une majorité a aimé donc je ne me fais pas de souci, tu y trouveras sans doute ton compte !

    @ Choupynette : J'offre aussi souvent dans ce but-là. Qu'en penseras-tu, voilà la question !

    @ Valérie : Oh non je ne suis pas un cas isolé, quoique...

    @ Clara : J'en attendais beaucoup

    @ Lasardine : C'est que j'ai vraiment poursuivi jusqu'à la dernière ligne mais rien n'y a fait !

    @ Didi : Il faut de tout sur la blogo ! S'il n'y avait que des avis dithyrambiques, y aurait de quoi se poser des questions. Quelque part je suis un peu le ocntre-poids de la critique

    @ Alex : Une fois reçu, j'attendrai donc ton avis.

    @ Mélo : Exactement pour la même raison j'ai freiné ! Mais si tu aimes pour le reste c'est bien l'essentiel.

    @ Manu : C'est normalement ce que je fais, quand le livre est retombé dans l'"anonymat" mais là c'est juste que c'était un LV donc quand est venu mon tour, pas moyen de se défiler

    @ Lily : Tiens ça me rappelle que je ne me souviens plus du tout de la fin. Je vais m'en vouloir d'avoir si peu retenu. Mais je suis tout à fait d'accord sur le fait que ça ouvre l'esprit !

    Posté par Mélopée, 27 janvier 2011 à 21:55
  • C'est vrai que je l'ai aussi aimé parce que je connais bien le contexte décrit !

    Posté par Leiloona, 30 janvier 2011 à 14:03
  • Je suis presque rassurée ! Je n'ai pas trop envie de lire ce livre, mais les avis élogieux lus jusqu'à maintenant me donnaient mauvaise conscience, et comme la peur de passer tout de même à côté de quelque chose...

    Posté par Géraldine, 30 janvier 2011 à 20:50
  • @ Leiloona : Je pense que ça doit jouer dans l'appréciation du livre, c'est sûr !

    @ Géraldine : Si je peux en faire déculpabiliser quelques uns tant mieux. Ces temps-ci je reste hermétique à pas mal de livres. Pourtant, pour "Purge" je pensais qu'il serait pile pour moi. Eh bien, c'est loupé !

    Posté par Mélopée, 30 janvier 2011 à 22:04
  • c'est un livre sur lequel j'ai lu de nombreux avis. Il a obtenu le prix fémina si je ne me trompe ?

    Posté par bénédicte, 01 mars 2011 à 22:27
  • purge ou egrup

    J'avoue avoir acheté 'Purge' poussé par l'extraordinaire bonne critique qui annoncait sa venue.
    J'ai été tout de suite dérouté par l'entremèlement des dates ce qui m'a empêché de vraiment adhérer aux personnages du livre.
    Aussi vers la centième page j'ai donc décidé de lire l'ouvrage par les 2 bouts(d'où le titre de mon commentaire)c'est-à-dire tantôt par le début,tantôt par la fin... et là tout est devenu lumineux.
    Cordialement.

    Posté par miglos, 04 juillet 2011 à 16:01

Poster un commentaire