27 octobre 2011

Désolations de David Vann

Après avoir écouté le premier roman de David Vann, raconté formidablement par Thierry Janssen, j'avais dans l'idée de rempiler avec l'auteur mais cette fois-ci pour une immersion dans son texte, dans ses mots figés sur la page. Et c'est donc avec grand plaisir que j'ai reçu et lu cet ouvrage, le deuxième de Vann, intitulé Désolations.

arton5040

Gary et Irene vivent en Alaska, sur les rives de Skilak Lake depuis déjà trente ans. Vieux couple ayant élevé ses deux enfants, Mark et Rhoda, c'est l'heure pour eux de faire une mise au point et de donner un semblant de relief à leur quotidien. Ni une ni deux, c'est Gary qui mène les projets du couple en insistant pour construire une cabane où ils termineront leurs jours. Bon gré mal gré, Irene suit même si tout la pousse à entériner le projet : elle tient à sa maison et son confort mais c'est aussi ses récentes migraines qui la contraignent à rester au calme et à se ménager. C'est pourtant tout le contraire qui se profile car la construction de la cabane occupe à plein temps le couple et notamment Gary qui voit là le départ d'une nouvelle vie faite d'aventure et de retour à la nature.

Parallèlement à leur projet, on suit Rhoda qui est étroitement liée à la vie de ses parents. Elle s'inquiète de de la rusticité de la cabane, des maux de tête inexpliqués de sa mère, de la rigidité de son père inébranlable quant au tour que prendront les événements (ce sera la cabane ou rien). Mais Rhoda est aussi une femme qui pense à l'avenir et qui croit le voir lumineux et sûr auprès de son compagnon, Jim, qui est dentiste et qui a tout d'un bon parti. Mais ne reproduit-elle pas le schéma paternel en se liant à quelqu'un de foncièrement différent? N'est-elle pas immature et aveugle? Elle est touchante de sincérité et de naïveté mais c'est aussi un être sans cesse pris à témoin à ses dépens. Lorsqu'elle n'est "utilisée" comme médiatrice, elle est campée à son rôle de femme au foyer, maitresse des fourneaux. Et le reste? Serait-on là pour elle si elle se retrouvait dans la difficulté? C'est impuissant qu'on voit le personnage de Rhoda se démener entre ses différents rôles : fille modèle et à l'écoute, compagne dévouée et idéaliste.

La nature dans ce roman est partie prenante en particulier dans ces moments où elle se déchaine lorsque la cabane prend forme. On entrevoit le paysage désolé, terrifiant et glacial qui est le cadre d'une histoire personnelle, celle d'un couple qui construit sur des bases instables le théâtre de leur vie. Et comme dans une mise en scène, tandis que la nature se fait plus "traitresse" et hostile, c'est la relation de Gary et d'Irene qui s'étiole, chacun rongeant son frein. Qu'en sera-t-il lorsque l'un et l'autre dévoileront leurs griefs et rancœurs? Bien que la cabane progresse, que les provisions affluent, on sent approcher une terrible menace qui n'est pas seulement climatique.

Par ailleurs, ce que je retiens de Désolations, c'est le caractère très affirmé des personnages masculins, tous voués à fuir leurs responsabilités. Quand Gary comprend que l'état de santé d'Irene ne se prête pas au bricolage ou au camping, loin d'en tenir rigueur, il hausse le ton et menace implicitement de tout quitter pour mener son rêve tout seul. En désespoir de cause, Irene, serviable et poussée dans ses retranchements, doit se faire une raison et n'a pas à discuter. Gary a déjà un train d'avance vers l'extérieur, un modèle de vie moins rangé, plus conforme à ses ambitions. Égoïsme, quand tu nous tiens !
Quant à Jim, quelle brute épaisse ! On lui donnerait bien deux claques s'il n'était pas le porte-monnaie de l'histoire. Ok il approvisionne Rhoda et lui permet de garder le lien avec ses parents, néanmoins c'est aussi quelqu'un d'obtus, de peu porté sur le dialogue et très tourné vers lui-même. Si les femmes pouvaient se rebeller et porter leur voix au chapitre on se dit que l'histoire pourrait être différente.

Voilà un roman prenant et dont la force tient vraisemblablement dans le "choc" des générations. Et si le modèle familial était amené à se reproduire? Et si les parents étaient loin de donner l'exemple?!

Livre lu dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire organisés par Priceminister. Merci à Rémi Gonseau pour l'envoi ! Pour vous procurer le livre, cliquez ici !

gerry131964468577_gros

Désolations - David Vann ; traduction de Laura Derajinski (Gallmeister, 2011, 296 p.)

RL2011b

Posté par Mélopée à 22:04 - Littérature américaine - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • un roman fort, c'est clair!!
    mais contrairement à toi, j'avais adoré "Sukkwan Island"

    Posté par lasardine, 27 octobre 2011 à 23:52
  • J'ai vraiment adoré ce roman !!

    Posté par Stephie, 28 octobre 2011 à 11:04
  • @ Stephie : C'est vrai que c'est un très bon roman de cette rentrée littéraire. David Vann parvient à nous plonger aux confins de l'Alaska dans ces destins tragiques. C'est vraiment bien mené !

    Posté par Mélopée, 28 octobre 2011 à 12:09
  • Je n'avais pas été convaincu par son premier. Je préfère en lire d'autres qui me correspondent plus.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 03 novembre 2011 à 14:36
  • Si c'est bien écrit et décrit... Il est à la bibli, mais je sens que la liste d'attente sera longue...

    Posté par keisha, 05 novembre 2011 à 08:51
  • Je vais le lire bientôt, j'ai hâte!

    Oh et je ne sais pas si tu as reçu mon mail, mais je reprends le swap anniversaire cette année! ça te tente ? Je ne veux pas laisser les inscriptions ouvertes trop longtemps, donc tiens moi vite au courant

    Posté par herisson08, 11 novembre 2011 à 18:12
  • Finalement, je n'ai pas eu le coup de coeur attendu avec ce roman... Sukkwand island m'avait tellement marqué, j'ai trouvé celui ci en dessous...

    Posté par Noukette, 11 novembre 2011 à 22:49
  • @ Alex : Oui je comprends que si tu n'as pas accroché au premier, tes priorités vont ailleurs.

    @ Keisha : Oui, c'est du David Vann pur jus ! Faut se mettre sur la file d'attente, je vois que ça !

    @ Herisson : Oui j'ai bien reçu ton mail. Après moultes tergiversations, j'ai décidé de ne pas me relancer dans l'aventure. La période n'est pas trop favorable à un swap au long cours. Malheureusement pour moi ! Mais j'ai vu qu'il y avait du monde au portillon. C'est chouette !

    @ Noukette : C'est vrai que "Sukkwan island" était remarquable ! Je comprends parfaitement ton sentiment. Mais en tout cas, "Désolations" n'a pas été une déception... !

    Posté par Mélopée, 14 novembre 2011 à 18:55
  • Je compte bien le lire mais je ne suis pas hyper pressée (j'ai quand même un peu peur de le trouver trop similaire à son premier titre !) donc j'attends que tout le monde se soit jeté dessus à la biblio

    Posté par Joelle, 17 novembre 2011 à 09:34
  • J'avais adoré Sukkwand island, j'espère que ça sera aussi le cas avec celui ci =)

    Posté par Alicia, 26 novembre 2011 à 22:42
  • @ Joëlle : Disons qu'après mon expérience de "Sukkwann Island" en livre-audio, je ne pouvais que lire ce second livre avec envie. Même si l'histoire ne change pas des masses, lire traditionnellement m'a apporté une valeur ajoutée !

    @ Alicia : Il n'y a pas de raison. David Vann reste fidèle à lui-même. C'est encore de bonne facture !

    Posté par Mélopée, 27 novembre 2011 à 15:57

Poster un commentaire