19 janvier 2012

L'empreinte de l'ange de Nancy Huston


C'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai retrouvé la Nancy Huston que j'avais tant aimé dans Ligne de faille et La virevolte (car là oui j'y ai trouvé du romanesque et de l'intrigue). C'est ainsi, dès les premiers mots, les premières pages, la narration m'a happé et j'ai filé suivre des personnages encore très habilement esquissés par l'auteur.


2720410

Ici on découvre une jeune femme énigmatique, Saffie, une allemande débarquant au printemps de 1957 à Paris. Cherchant un emploi, elle se retrouve en tant que domestique au service du flûtiste de renom, Raphaël Lepage. Celui-ci tombe rapidement amoureux et lui ouvre bien plus que sa porte. C'est un petit couple qui se forme. Banal en somme sauf que Saffie ne se départ pas de son masque d'indifférence, de son désintérêt de tout et même des autres. Raphaël est pour elle un homme comme un autre à un détail près, il l'entretient dans un cocon douillet. Bientôt la jeune femme tombe enceinte et c'est un espoir pour Raphaël. Et si la maternité pouvait l'éveiller à la vie et aux sentiments les plus simples?
Rien ne se passe comme prévu car Saffie exècre d'avance le petit être qu'elle porte en elle. Si seulement il pouvait disparaitre...
Surgit dans sa vie, le salvateur luthier Andras, un juif hongrois qui répare l'instrument de son mari. Mais bien plus que la flute, il répare aussi les affects de Saffie et lui donne goût à la vie, aux promenades, aux discussions animées. Ainsi Raphaël est heureux, depuis qu'il joue, se déplace et gagne encore en prestige, sa femme elle aussi s'illumine. Est-ce un rêve? Comment se fait-il que cela se soit fait si naturellement? Et ce déclic, est-il vraiment de son ressort?
On suit les personnages avec un plaisir grandissant. Plus la situation s'installe (cette double vie qui convient à tous), plus la chute parait être inéluctable. Et qu'elle sera raide ! Car l'enfant (Emil), au départ non désiré du couple légitime, est un excellent prétexte pour sortir et se rendre chez Andras. Il grandit et se plait à ce manège avec ses deux papas : l'un qui le met mal à l'aise (Raphaël), l'autre qui lui fabrique des jouets et s'occupe de lui (Andras).

Il est terrible ce livre en cela qu'on se dit qu'une relation amoureuse ne peut contenir que deux personnes. L'irruption de la troisième est source de souci tout autant que de joie et de déraison. On se prépare à une confrontation, à un malsain déballage du linge sale en public... et l'issue nous surprend malgré tout. Qu'est-ce que j'ai pu détester la Saffie aux deux visages ! Profiteuse d'un confort qu'elle ne mérite pas, elle vit dans l'amour absolu de deux hommes, bientôt comblée par un enfant qui la vénère également. Et dans tout cela elle jongle avec habileté pour ne pas éveiller les soupçons de la concierge, ni choisir entre un homme plutôt que l'autre. L'infidélité me fera toujours bondir je crois, quel qu'en soit le motif. L'histoire de Saffie qui nous est dévoilée peu à peu ne trouve pas grâce à mes yeux pour la rendre plus humaine. Je la plains, elle et la censure qu'elle s'inflige sur son passé. Si seulement elle trouvait comment se donner exclusivement à un seul homme !
Mais pour le style de l'histoire, j'y ai trouvé du plaisir, car les personnages m'ont paru réalistes, la trame elle aussi est "tendance". Mais c'est bien les cinquante dernières pages qui m'ont le plus intéressé car enfin la tension se lève. C'est presque un soulagement que l'histoire ne reste pas dans ce huis-clos cantonné à trois personnages (avec comme "otage" privilégié l'enfant) !
Encore un très bon Huston dans ma bibliothèque ! Et dans la vôtre?

L'empreinte de l'ange - Nancy Huston (Actes Sud, 2004, 327 p., collection Babel)

Posté par Mélopée à 15:00 - Littérature canadienne - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • J'avais également beaucoup aimé "la virevolte".

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 19 janvier 2012 à 15:41
  • Allez ! Pas encore dans ma bibliothèque mais dans ma LAL que je tiens désormais très assidument et de manière très organisée !

    Posté par Géraldine, 22 janvier 2012 à 00:15
  • @ Alex : Oui "La virevolte" avait été très plaisant à lire. Rien que le titre est poétique...

    @ Géraldine : Ravie qu'il ait intégré la LAL (c'est déjà un pas. Je suis prête à parier qu'il pourrait te plaire. C'est sans conteste l'un des meilleurs Nancy Huston !

    Posté par Mélopée, 27 janvier 2012 à 15:18
  • Il est dans ma PAL, avec Dolce Agonia mais je n'ai toujours pas lu cette auteure.

    Posté par valérie, 23 février 2012 à 16:05

Poster un commentaire