21 janvier 2012

L'espèce fabulatrice de Nancy Huston

Non, non, non, la semaine n'est pas finie et pour cause, j'ai encore quelques petits Huston à vous communiquer. Le dernier en date m'a été extrèmement ardu à critiquer. Et pourtant c'est un essai qui pourrait en harponner plus d'un... il s'agit de L'espèce fabulatrice !

9782742775408

Pourquoi ai-je choisi un essai de Nancy Huston plutôt que ses narrations qui elles, me font rêver? C'est qu'ici il est question de livres, de l'Homme et de l'imagination, trois sujets qui m'intriguent et sur lesquels j'aime bien lire. Connaissant la plume affutée de l'auteur, je me doutais que j'allais trouver du plaisir à ses bons mots. Et ça ne manque pas car le récit est ponctué d'anecdotes culturelles qui le rendent dynamique et empreint d'un intérêt certain. Je tiens à le redire, il m'est extrêmement difficile de faire une critique de cet essai car il flirte avec des questions philosophiques et des abstractions dont je n'arriverai pas à dessiner les contours. Par exemple, que sont ces arché-textes que Nancy Huston évoque à tour de bras comme les ciments d'une croyance à laquelle chaque peuple se réfère? Pour moi, simple lectrice, cela me parait immensément nébuleux...
L'auteur ponctue son discours avec des comparaisons très pertinentes sur les bonobos ou autres chimpanzés et nous-mêmes, modestes humains. Au contraire de l'espèce animale qui vit, se nourrit et meurt sans s'encombrer d'une imagination fertile, l'Homme lui est capable, et même, enclin à fabuler, à tergiverser et à s'élever des contraintes uniquement matérielles. En cela, rien qu'en écrivant, l'Homme invente et se complait dans des contes et des mythes qui l'éloignent d'une réalité où le cycle de vie et de mort est pourtant inexorable. La recherche du sens est une quête qui lui est propre car les animaux eux n'agissent pas avec raison.

Tant dans son émergence historique que dans sa consommation courante, le roman est inséparable de l'individu. Il est intrinsèquement civilisateur.
(p. 179)

Cet essai nous interroge sur la lecture, sur notre besoin de lire. Quel est son impact sur nos vies? Y a-t-il un effet de miroir sur notre vie de tous les jours? En quoi un texte peut-il bouleverser nos croyances et fondements?
En somme, Nancy Huston formule des pistes qui nous donnent envie d'aller toujours plus loin dans l'analyse de nos raisonnements. Ce qui touche aux livres et aux mots est pour moi une gageure qui en concernera plus d'un. Je vous souhaite d'y trouver vous aussi matière à réfléchir. Pour ma part, j'y ai trouvé grandes idées et petits clins-d'oeil. Saviez-vous, ainsi, qu'un Américain sur deux lit un livre ou moins par an (c'est aussi consigné dans le livre)? C'est tout bonnement navrant ! Alors lisez mes amis... et pas que du Nancy Huston Wink

 

L'espèce fabulatrice - Nancy Huston (Actes Sud/Léméac, 2008, 197 p.)

Posté par Mélopée à 22:19 - Littérature canadienne - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • J'avais énormément aimé lire cet essai ! Même si je ne m'en souviens plus super bien !

    Posté par Leiloona, 21 janvier 2012 à 23:10
  • Un essai qui me tenterai bien.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 24 janvier 2012 à 16:25
  • Un petit tag pour toi chez moi, si le coeur t'en dis.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 26 janvier 2012 à 13:56
  • @ Leiloona : Je crois que c'est effectivement le genre de livre qui ne laisse pas de traces indélébiles.

    @ Alex : Alors, tu penses t'y atteler. En ce qui concerne le tag, c'est noté et j'y répondrai avec plaisir.

    Posté par Mélopée, 27 janvier 2012 à 15:15
  • un excellent écrivain. Par contre, j'avais tenté de lire un de ses essais, je ne me souviens plus du titre et j'ai eu beaucoup de mal, j'ai trouvé ça ardu...
    Sinon, jolie bannière!

    Posté par Violette, 06 février 2012 à 10:19
  • J'avais adoré cet essai et lui avait également consacré un billet très élogieux !! Tout ce qu'elle dit sur cette espèce fabulatrice est fascinant !

    Posté par Malika, 10 mai 2012 à 10:07

Poster un commentaire