22 février 2012

Memories of Sand de Frezzato

72793504_p

 

Quatre nouvelles, quatre histoires sans texte, telle est la construction de cette BD mise en place dans cet ouvrage. C'est un très bel album au format à l'italienne qu'on feuillette avidement, complètement décontenancé par les images, par les formes, par la densité des images. La rose, première nouvelle, est la fleur posée sur le sexe d'une demoiselle, elle-même allongée sur une mini-planète colorée. Un homme vole, plane à toute allure et plonge voire dégringole dans un abime doucereux. C'est la fleur au loin qui lui donne des ailes, quel plus bel atterrissage que de se poser entre ses pétales? Cette escapade parait être sans fin car la terre ne fait pas blocage et que les obstacles sont minces. Il n'y a que la rose qui attire l'homme telle un aimant, passage obligé vers une autre sphère onirique. Rappelons qu'en plus la rose est tout à fait représentative de la fille qui est ici devenue une femme particuliètement voluptueuse.
Deuxième nouvelle, La clef. Une montagne avec un arbre à son sommet, dans son ombre c'est un sanglier monté d'une demoiselle qui siègent. La voilà qui semble actionner un mécanisme et dont la poitrine s'ouvre pour en laisser sortir un petit homme ensommeillé. Il sort une photo qui réveille des souvenirs. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises dans cette histoire à tiroirs où les êtres renferment d'autres êtres miniatures, bien vivants. C'est en somme le jeu des poupées russes où on ne sait pas où s'arrête infiniment petit.
Dans Le parapluie, troisième nouvelle, on change de ton avec des couleurs plus sombres, plus tourmentées. Un homme, tout de rouge vêtu, se balade sur son monocycle. Sur sa route, il rencontre une pluie de cartes puis une jeune femme qui semble attirer les trombes d'eau. Ni une, ni deux, il l'enlève pour la déposer dans la verdure d'une forêt inoffensive. Tout est bien qui finit bien et le parapluie peut lui être laissé au bord de la route.
Dans la quatrième et dernière nouvelle intitulée Le petit cochon, il y a effectivement un cochon, et pas qu'un ! Que font-ils? A quoi servent-ils? Je vous laisse le découvrir. Quoi qu'il en soit, liberté aux cochons !

Cet album m'a procuré d'étranges sensations ! Je n'ai pas pu m'empêcher d'être extrêmement intriguée voire hypnotisée par certains dessins où les personnages évoluent torse nu, chevauchant sangliers ou cochons dans des paysages indéfinissables. J'ai trouvé original le traitement réservé aux êtres, à la nature. au temps et surtout à la symbolique de l'amour. Car en cherchant bien un dénominateur commun, vous verrez que c'est l'amour qui relie les récits bien qu'il prenne des formes variées, tantôt frôlant l'érotisme, tantôt teinté de solitude ou de silence. Les récits nous livrent des dessins se suffisant à eux-mêmes. Le texte aurait été superflu et cela donne à réfléchir sur l'imaginaire toujours plus étendu grâce à la force des illustrations. Par ailleurs, la première nouvelle m'a tout à fait rappelé le film d'animation Des idiots et des anges de Bill Plympton, film où un homme imbus de lui-même se voit pousser des ailes. Et que de chevauchées dans la ville de nuit. (Tout comme le film) j'ai beaucoup aimé !

Merci à Logo_News_Book et aux éditions Moustique pour l'envoi de cette très belle BD !

 

Memories of Sand - Frezzato (Mosquito, 2012, 72 p.)

Posté par Mélopée à 19:30 - BD, mangas - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Elle sera prochainement chez moi. Elle m'intrigue vraiment beaucoup cette BD en tout cas.

    Posté par Sara, 24 février 2012 à 13:04
  • La couverture est attirante et ton billet fait le reste. A lire donc ou plutôt à voir.

    Posté par Loo, 25 février 2012 à 11:32
  • Bonjour Mélopée,

    Je reviens pour te dire que je t'ai tagué. Bon courage.

    Posté par Loo, 28 février 2012 à 21:29
  • La couverture me plait bien mais vu ce que tu en dis, cela me semble quand même très spécial ! Et je ne me rappelle pas l'avoir vu en librairie, cet album, mais je vais faire plus attention maintenant

    Posté par Joelle, 03 mars 2012 à 14:28

Poster un commentaire