18 mai 2012

Les affligés de Chris Womersley

Une fois n'est pas coutume, le livre qui suit un régal ! Oui, notez bien, un ré-gal !

9782226241467g

Ce roman s'échelonne entre deux dates charnières : 1909 et 1919. Entre les deux il y a eu la Grande Guerre et une épidémie de grippe espagnole qui a dévasté tout le pays. Nous sommes en Australie et le narrateur, Quinn Walker, est un jeune soldat qui vient d'être démobilisé et qui rentre au pays. Il a vécu en France et en Angleterre mais l'histoire le rattrape et c'est à Flint, en Nouvelles-Galles du Sud, qu'il décide de reprendre le cours de sa vie. Une sombre tragédie qui n'a jamais été véritablement éclaircie l'implique directement. Lorsqu'il avait 16 ans, un meurtre a eu lieu, celui de sa jeune sœur, Sarah, âgée de 12 ans, auquel il a assisté et pour lequel il est reconnu coupable. En effet, il tenait l'arme du crime, un couteau, au moment de la découverte du corps. Quelle est son implication? Pourquoi se trouvait-il là? Est-ce bien lui le meurtrier ou n'est-ce pas plutôt une terrible machination?
Quoi qu'il en soit, Quinn décide de se confronter à la réalité, d'assumer ses responsabilités et d'enfin faire le jour sur les étranges manigances qui auréolent cette triste affaire. Bien que se cachant aux alentours de la maison familiale, il fait tout de même la connaissance de Sadie, une fillette de douze ans débrouillarde et vivant curieusement seule. Que sait-elle des histoires de famille, elle qui semble avoir le troisième oeil? Elle lui sera d'une aide précieuse pour reprendre contact avec le réel et pour croire de nouveau en l'humanité.

Attention pépite ! Ce livre, je l'ai dévoré en un temps record car l'histoire est palpitante, haletante ! On se prend au jeu de l'énigme qui se dresse comme un mur infranchissable avec cet impossible retour d'un homme que la population a appris à haïr avec les années (et tout concorde pour qu'il soit haïssable, lui le traitre, le lâche qui a fui devant l'épreuve). Car, qu'il ait soit parti tout de suite après le meurtre constitue une preuve irréfutable de son association à la macabre affaire et, qui plus est, cette assertion est renforcée par la rumeur d'une liaison incestueuse avec cette jeune sœur. Il tend donc le bâton pour se faire battre en revenant dans sa famille, où les hommes rêvent de le pendre et de faire justice à la pauvre innocente assassinée. C'est lui qui a entrainé sa sœur à l'extérieur, c'est avec elle qu'il fomentait les 400 coups, il est donc quasi assuré que le grand frère a bel et bien abusé de la situation. Même si les circonstances méritent un éclaircissement, l'assassin est tout trouvé et il a entaché la réputation de la famille. La fratrie des trois enfants (l'aîné William, Quinn puis Sarah) n'est plus, la mère est au plus mal et le père, alcoolique et influençable, n'est plus que l'ombre de lui-même. Est-ce que le retour du fils honni pourrait redonner une aura d'harmonie dans la commune et parmi les siens?
Dois-je dire que c'est très bien écrit? Car ça l'est, indubitablement et c'est une des grandes forces de ce roman.
La narration est portée par ce "prétexte" terrible, par les mystères, par les rencontres et bien sûr par la vérité. Et elle n'épargnera personne, même ceux qui ont cherché à la dissimuler.

- Ton signalement avait été envoyé partout à la police, tu sais. Il y avait même une récompense. Un traqueur s'est lancé à ta recherche, mais la tempête avait effacé toutes tes traces. Ta disparition était si... -elle chercha son mot- totale. Je t'ai pleuré, Quinn. Robert et ton père ont dit à tout le monde ce qu'ils avaient vu...
Il tituba en avant, l'interrompant.
- Ce qu'ils croient avoir vu...
(p. 60-61)

De plus la trame tient en haleine car jusqu'au bout on se demande comment la situation a pu dégénérer à ce point? J'ai trouvé les personnages formidablement bien campés entre une Sadie mystérieuse mais qui tient vraisemblablement les clés de l'histoire, ou encore Quinn qui n'a pas été épargné par la vie (il est d'ailleurs méconnaissable car mutilé de guerre). Et les parents sont-ils manipulés ou acteurs de cette vie d'infamie?
C'est un récit génial ! Il va sans dire que je lirai coûte que coûte les autres livres de ce jeune auteur prometteur.
Et en plus, c'est accessoire, mais la couverture est à la hauteur de la menace sur le point de jaillir.

Les affligés - Chris Womersley ; traduction de Valérie Malfoy (Albin Michel, 2012, 319 p., collection Les grandes traductions)

Posté par Mélopée à 21:07 - Littérature australienne - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    et pourtant, comme je le dis, je ne m'en occupe pas de ce jardin !! mon mari s'occupe de la pelouse de l'olivier et du figuier !!! mais pour le reste, niet !! c'est à n'y rien comprendre !!!

    Posté par Léokadie, 19 mai 2012 à 03:29
  • La couverture est belle en effet. L'histoire m'intrigue, même si on a déjà lu ce genre d'intrigue. Je le note.

    Posté par Aifelle, 19 mai 2012 à 07:41
  • Génial, il est dans ma PAL!

    Posté par clara, 19 mai 2012 à 09:40
  • Je viens de le finir (billet bientôt) et j'avoue avoir eu la même sensation et le même enthousiasme que toi. Excellent roman !

    Posté par Yv, 19 mai 2012 à 10:46
  • Je n'hésite pas: je note.

    Posté par Mango, 19 mai 2012 à 18:30
  • Comment résister à ce très beau billet?

    Posté par Valérie, 19 mai 2012 à 21:16
  • @ Léokadie : Eh bien en tout cas, c'est enthousiasmant à voir !

    @ Aifelle : Certes, c'est sans doute du déjà vu mais là c'est tellement bien mené qu'on ne peut que se laisser embarquer.

    @ Clara : Chanceuse, tu vas aimer !

    @ Yv : Ouf, pour une fois que nos avis se rejoignent. Je lirai sans faute ce que tu en dis mais je suis ravie qu'on partage le même enthousiasme.

    @ Mango : Bon choix !

    @ Valérie : Oh non, il ne faut surtout pas résister, sous peine de passer à côté d'un excellent moment de lecture !

    Posté par Mélopée, 19 mai 2012 à 22:38
  • Ouah, quel enthousiasme! L'histoire me tente moyennement mais ton billet m'intrigue quand même. Allez, c'est noté, si Yv s'y met en plus...

    Posté par zarline, 19 mai 2012 à 22:40
  • Un tel enthousiasme est forcément contagieux et ma LAL gagne une ligne supplémentaire !

    Posté par Isa, 20 mai 2012 à 12:36
  • Après un tel avis, je ne peux que le noter

    Posté par DeL, 20 mai 2012 à 13:28
  • en effet, on ne peut pas résister à un billet pareil !

    Posté par Theoma, 20 mai 2012 à 14:36
  • @ Zarline : Alors là je suis flattée si tu notes malgré le fait que tu sois moyennement tentée par l'histoire. Une agréable surprise, qui sait?

    @ Isa : Les LAL c'est fait pour se remplir !

    @ DeL : Et tu fais bien !

    @ Theoma : Merci, je suis ravie qu'il intrigue ce livre-ci. C'est pas souvent que je peux recommander les yeux fermés un livre que j'ai vraiment aimé !

    Posté par Mélopée, 20 mai 2012 à 15:15
  • Avec un tel enthousiasme, comment ne pas noter ?

    Posté par Lounima, 20 mai 2012 à 19:53
  • Je n'en ai pas du tout entendu parler mais ton avis et la très jolie couverture attisent fortement ma curiosité !!!...Je vais donc voir ça de plus près !!

    Posté par Malika, 21 mai 2012 à 09:01
  • grâce à ton billet et à celui de Clara, le voIlà dans ma LAL.

    Posté par Valérie, 21 mai 2012 à 14:39
  • Belle couverture et sujet puissant et noir !
    Par contre je n'ai pas compris pourquoi Quinn part tranquillement à la guerre s'il a été reconnu coupable...
    Mystère pouvant être éclaircit en lisant ce livre...A lire donc !
    Bises

    Posté par Didi, 21 mai 2012 à 20:39
  • Ohlala totalement irrésistible, d'ailleurs je ne résiste pas. Rien que le fait que ce soit australien déjà... Et puis cet enthousiasme.. et puis ya tout quoi: palpitant, énigme, tient en haleine...

    Posté par A_girl_from_eart, 21 mai 2012 à 22:47
  • Un coup de coeur pour toi aussi. Allez, je note, bien sûr.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 22 mai 2012 à 21:26
  • Eh ben ! Comment ne pas le noter ! Et effectivement la couverture est superbe !

    Posté par Leiloona, 23 mai 2012 à 14:42
  • Ou comment que tu me causes là, j'peux pas refuser. Z'y va, dans ma LAL !

    Posté par Géraldine, 23 mai 2012 à 22:49
  • Tu donnes vraiment très envie avec ce gros coup de coeur... Et la couverture est magnifique en effet !

    Posté par L'or des chambre, 25 mai 2012 à 12:36
  • Mais ça m'a l'air chouette !! tu donnes envie de le lire. Je prend note.

    Posté par Lilibook, 29 mai 2012 à 13:08
  • Touchée. Beaucoup de choses donnent envie de le lire. Et en plus c'est en Australie.

    Posté par Loo, 07 juin 2012 à 23:13

Poster un commentaire