07 juillet 2012

Laissez-moi (commentaire) de Marcelle Sauvageot

Je prétais dernièrement l'oreille à un podcast ("je déballe ma bibliothèque" sur France Inter) où Elsa Zylberstein dévoilait des passages de ses livres préférés. Et c'est ainsi qu'elle en est venue à évoquer Laissez-moi de Marcelle Sauvageot dont je n'avais jamais entendu parler auparavant et que je n'aurais sans doute pas remarqué sur les étagères. Mais voilà, l'histoire d'une femme délaissée par son amant m'a tout de suite parlé.

img005308_1

C'est un récit autobiographique que celui-ci où l'auteur, se battant contre la maladie, se trouve de plus trahie par son amant qui l'abandonne pour une autre. Marcelle Sauvageot a une plume douloureusement brillante car les lettres retranscrites issues sont éloquentes d'une force de vivre, d'un sentiment pur qu'est l'amour interrompu à son apogée. Il paraît lâche le traitre qui annonce ses fiançailles ailleurs. Ne l'aimait-il pas pour de bon? Simulait-il la jalousie? On se doute que le récit est d'un autre temps où le mariage est inévitablement évoqué sitôt qu'une relation de couple s'instaure (stabilité, sécurité et famille sont les maîtres mots).

Nous nous ferons des visites ; nous nous dirons nos projets au moment où il se réaliseront, afin de vexer un peu l'autre et de ne pas subir sa commisération en cas d'échec ; nous prétendrons être ce que nous croyons être et non pas ce que nous sommes ; nous nous dirons beaucoup de "merci", "excusez-moi", des mots aimables que l'on dit sans penser. Nous serons des amis. Croyez-vous que ce soit nécessaire? (p.38)

Je crois qu'il n'est pas nécessaire d'être quitté ou dans la peine pour être sensible aux mots vibrants de Marcelle Sauvageot. Son témoignage est bouleversant d'autant plus quand on connait sa courte vie et son combat éprouvant contre la maladie (et qu'elle a malheureusement perdu).
C'est un vrai beau texte sur la puissance des sentiments, sur l'amour déçu mais aussi sur la foi en l'avenir, bien qu'il soit autre et imprécis.

Laissez-moi (commentaire) - Marcelle Sauvageot (Phébus, 2004, 124 p.)

Posté par Mélopée à 15:55 - Littérature française - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Je l'ai lu il y a quelques années, quand il a été réédité. C'est un texte fort et touchant, et très moderne quand on pense à l'époque où il a été écrit.

    Posté par Aifelle, 08 juillet 2012 à 08:05
  • Je l'ai lu voici quelques années et j'en étais ressortie bouleversée. Une très belle écriture.

    Posté par Leiloona, 08 juillet 2012 à 08:19
  • merci pour le rappel, noté depuis trop longtemps !

    Posté par Theoma, 09 juillet 2012 à 18:09
  • C'est un texte que j'ai envie de lire depuis longtemps, je note et surligne!

    Posté par Nadael, 12 juillet 2012 à 19:26
  • Je l'ai noté et oublié aussi. J'ai pourtant bien envie de le lire!

    Posté par Mango, 15 juillet 2012 à 12:37
  • Je l'ai terminé la semaine dernière !!
    J'ai aussi été très touchée par le regard fulgurant de cette très jeune femme au seuil de la mort.

    Posté par Rose, 16 juillet 2012 à 23:23
  • Il est dans ma PAL, conseillé par ma libraire... Ton article me fait l'effet d'une petite piqure de rappel !

    Posté par Miss Alfie, 18 juillet 2012 à 11:21

Poster un commentaire