22 août 2012

[Rentrée littéraire] Féerie générale d'Emmanuelle Pireyre

Bonsoir tout le monde ! Où est-il le livre de la rentrée littéraire du jour? Le voici, le voilà et je dois dire que celui-ci je ne l'ai vraiment (vraiment, vraiment, etc.) pas aimé. Autant le programme s'annonçait alléchant (de multiples personnages pour toute une série d'histoires avec un sujet commun), autant la trame m'a complètement perdue.

9782823600032

En préambule, je ne trouve qu’une chose à dire : “Que j’ai peiné sur ce livre !” La syntaxe prête déjà au questionnement avec des textes fragmentés qui ne peuvent être difficilement assimilées à des nouvelles classiques, mais qui ne constituent pas non plus un récit linéaire facilement compréhensible. Ces écrits parcellaires portent pour noms des titres intrigants : “Comment laisser flotter les fillettes?”, “Comment habiter le paramilitaire?”, “Comment faire le lit de l’homme non schizoïde et non aliéné?” ou encore “Comment être là ce soir avec les couilles et le moral?”. Autant de questions qui n’entrainent pas de réponses immédiates et unilatérales mais qui laissent présager l’original et le fantasque.

Pourtant, je suis restée tout au long de ma lecture extrêmement décontenancée par la forme de l’ouvrage, par la narration qui semble digresser en permanence vers des considérations secondaires. Pour exemple, le début de livre traite de la bourse, sujet d’étude pour de jeunes élèves. On passe ensuite aux sites de rencontre comme si tous ces sujets contemporains avait un fil conducteur qui coulait de source. Je dois bien avouer que j’ai failli abandonner l’ouvrage après cinquante pages car je me sentais complètement baladée, étrangère à ce roman un brin trop expérimental pour moi. J’ai néanmoins décidé de continuer, non par intérêt mais plutôt par sens du devoir vis-à-vis de de cette rentrée littéraire à laquelle je prends plaisir à participer. Peut-être qu’en poursuivant, j’allais finalement accrocher à ce récit atypique qui détone tout à fait de ce que j’ai pu lire jusque-là. Force est de constater que je l’ai fini toute penaude, me sentant un peu idiote car j’ai eu l’impression de passer à côté des forces de ce petit ovni.

Emmanuelle Pereyre brosse un portrait de la société résolument dissolu avec des personnages complexes, aspirant à la liberté et aux revendications un peu floues. La narration alterne petits textes bien construits et discussions extraites de forums sur Internet. Cela a été une véritable expérience de lecture qui n’a malheureusement pas été convaincante pour ma part. A la manière de chroniques, il aurait fallu piocher en se laissant porter, pour divaguer allègrement avec ces personnages caméléons. J'ai donc un gros regret : celui d'être restée à quai. Quelques mois après lecture, je peux même dire que c'est rageant car j'ai encore l'impression avec ce livre que j'ai été (prise pour) une parfaite imbécile, incapable de comprendre où on me trainait. La féerie n'était pour moi que dans le titre ! sad

Ce livre a été lu dans le cadre de l'opération "On vous lit tout", organisée par Libfly et Le Furet du Nord.

78466591_o

challenge album2/7

Féérie générale - Emmanuelle Pireyre (Éditions de l'Olivier, 2012, 247 p.)

Posté par Mélopée à 22:11 - Littérature française - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Je ne suis pas de près la rentrée littéraire mais tant mieux si les avis mitigés ou non enthousiastes émergent, ça me permet de continuer d'avancer tranquilou dans ma PAL ou ma vieille LAL !

    Posté par A_girl_from_eart, 23 août 2012 à 00:55
  • A vrai dire, c'est plutôt rassurant : un de moins sur ma liste de livres qui me tentent ! )

    Posté par Noukette, 23 août 2012 à 16:05
  • Je n'avais pas entendu parler de ce livre, et étant donné ton avis, je vais en rester là !

    Posté par Géraldine, 31 août 2012 à 13:04

Poster un commentaire