04 février 2013

Eux sur la photo d'Hélène Gestern

J'ai fini la semaine passée deux livres fort différents mais celui qui m'aura le plus embarquée, c'est bien Eux sur la photo. Moi qui me suis faite à un nouveau rythme : train-boulot-dodo, j'ai maudit mon train quotidien lorsqu'il s'est arrêté alors que j'étais encore toute dedans. Le temps s'est figé avec ce roman et j'y ai pris un plaisir incommensurable.

69817514

Le livre s'ouvre sur une annonce passée dans Libération. Une photo est l'amorce de ce qui pourrait être la levée d'un grand mystère. Une femme, Hélène, découvre une photo souvenir où trois silhouettes posent ensemble. Qui sont-ils? Quels sont leurs liens? De la parution du cliché, découle une longue correspondance avec un homme, Stéphane, qui semble avoir reconnu son père et est lui aussi très intrigué par l'affaire.
Plus l'intrigue progresse, plus chacun fouille dans son histoire, dans ses cartons pour enfin faire jour sur tout ce que les adultes avaient souhaité leur cacher. Car Hélène a vécu avec l'ombre d'une mère qu'il ne fallait évoquer. Quant à Stéphane, il est lui aussi marqué par des relations familiales tortueuses.

L'histoire y est, la plume également (et de fort belle manière) et les deux personnages pourraient bien remuer ciel et terre pour enfin trouver un peu d'apaisement. A deux les secrets sont moins lourds à porter...

Plus j'avançais, plus j'étais plongée dans la narration avec ces deux personnages investis d'une mission : découvrir le puzzle de leur histoire. Chacun mettant sa pierre à l'édifice, les échanges devenaient toujours plus prenants et éclairants. Mission impossible que de mettre ce livre sur pause ! Ah, page-turner, quand tu nous tiens ! Je crois que le fait que ce livre se présente sous forme épistolaire doit jouer dans la dynamique de lecture car chaque réponse m'était plus qu'indispensable pour, moi aussi, progresser. Je me suis prise au jeu, littéralement et avec le plus grand des plaisirs et ai refermé ce premier roman à regret.

Je sais d'ores et déjà que le nouveau livre d'Hélène Gestern, La part du feu, a paru récemment. Vous pouvez compter sur moi pour le lire incontinent (je rêvais de le placer, ce mot-là Laughing).

Eux sur la photo - Hélène Gestern (Arléa, 2011, 273 p., collection 1er Mille)

Posté par Mélopée à 23:55 - Littérature française - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Un beau livre, c'est vrai et je lirai encore volontiers, comme toi, cette romancière.

    Posté par Mango, 05 février 2013 à 09:59
  • Ca y est, tu as placé incontinent, trop bien !

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 05 février 2013 à 13:16
  • j'avais aussi bien aimé

    Posté par Tiphanie, 05 février 2013 à 18:23
  • Tu en parles de façon tellement tentante (soupirs...).

    Posté par A_girl_from_eart, 05 février 2013 à 22:34
  • Ce livre me fait envie depuis longtemps. Je t'ai tagguée sur mon blog :
    http://caromleslivres.canalblog.com/archives/2013/02/09/26370299.html

    Bon WE !

    Posté par Caro, 09 février 2013 à 14:05
  • Il semble faire l'unanimité , j'aime le titre, c'est déjà un bon début ...je le lirais des sa sortie poche !!

    Posté par Malika, 11 février 2013 à 12:48
  • Je serais certainement passée à côté de ce livre sans grand intérêt mais quand on lit ton commentaire...

    Posté par Loo, 03 mars 2013 à 19:23

Poster un commentaire