06 septembre 2013

Manger de Marie-Odile Beauvais

Voilà une cinquième lecture de la rentrée littéraire que je n'ai pas encore vu sur d'autres blogs. Et je dois dire que c'est le genre de livre qui, inondé dans la masse des 555, ne fera pas long feu. A vous de vous faire un avis s'il y a matière à regret... ou pas !

manger_marie_odile_beauvais_9782213677316

Margot est une quarantenaire assez épicurienne qui aime cuisiner et la bonne chair. A table, la nourriture est prétexte aux échanges et aux bons moments avec ses proches. C'est qu'elle est entourée car elle a un mari et quatre enfants à choyer. Les repas sont ainsi de très belles occasions pour se tester, se mettre en scène et s'apprécier autour de mets délicats.
Selon le contexte (repas de fête ou casse-croute de vacances), les individus se retrouvent toujours devant des plats communs, s'associent à des rituels (mettre ou débarrasser la table) qui permettent à tous de prendre part aux festivités.
Ce roman fait 239 pages et contient de nombreux personnages répartis dans un découpage assez étrange : des chapitres tous nommés par des plats typiques qui relatent des ambiances propres à différentes périodes de l'année. Il y a "Parmigiana" qui décrit un été en Italie mais s'enchainent aussi "Salade de pommes de terre", "Paté de lapin", "Le gigot de la clinique", "Sauté de veau à la parisienne" et "Chapon demi-deuil". 

Je dois bien avouer que rien qu'à l'évocation des titres, j'en avais les papilles qui salivaient. J'ai parlé du découpage qui permettait de garder des personnages identiques mais de les placer dans des contextes différents et ça, ça m'a plu ! Si le roman fleure bon la nourriture vieille France mise à l'honneur par de fins gourmets, c'est principalement l'avalanche des noms de personnages qui m'a dérangée. Entre Margot, Violette, Aurelia, Anna, Andreas, Jacques, Liliane, Laurent, Thomas, Chloé ou même Cornélius, j'en ai presque perdu la tête. J'aurais préféré un festival de gourmandises aux noms évocateurs plutôt que ce défilé d'invités que je n'arrivais pas à relier entre eux.
Quelque part le titre du roman "Manger" n'est qu'une des composantes du récit puisque ça digresse beaucoup autour des relations humaines, des souvenirs communs, des habitudes et petits faits du quotidien.
Le concept était original et c'est bien écrit mais ça ne m'a pas fait rêver. Dommage, j'ai eu l'impression de glisser tout à fait sur ce récit qui, littéralement, m'a fait souffler le chaud et le froid.

Ce livre a été lu dans le cadre de l'opération On vous lit tout, organisée par Libfly et le Furet du Nord.

89203640_o

Manger - Marie-Odile Beauvais (Fayard, 2013, 239 p., coll. Romans)

89308971_o

5/6

Posté par Mélopée à 21:17 - Littérature française - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • A voir quand il sera à la biblio pourquoi pas..

    Posté par clara, 07 septembre 2013 à 08:22

Poster un commentaire