26 septembre 2013

Comme les amours de Javier Marias

J'ai mal géré les billets et suis, à l'heure qu'il est, à Londres après avoir passé quelques jours à Bruxelles. Je suis donc loin de mon écran et n'ai malheureusement pas eu le temps de tout programmer pendant cette absence. Je reviens tout début octobre. En attendant, la rentrée littéraire continue.
 
cvt_Comme_les_amours_4874
Nous sommes à Madrid et Maria Dolz, éditrice madrilène, a ses habitudes. Chaque matin elle prend le temps de paresser à la terrasse d'un café où quotidiennement un couple s'installe à la table à côté. Le bonheur les rend harmonieux, bien assortis et attendrissants. Mais un jour le couple ne vient pas. Le lendemain, pareil.
La narratrice s'interroge sur cette brutale désertion mais s'y résout avant d'apprendre que le mari a été tué en pleine rue. C'est le choc !

Peu de temps après la femme revient au café et Maria décide d'engager la conservation avec cette inconnue pourtant si familière. Le contact est plutôt facile entre les deux femmes esseulées qui se trouvent des affinités et se racontent. La jeune veuve est effondrée mais avide de discussions et trouve du soutien en ces gens qui l'entourent et lui témoignent leur sympathie. Dans le lot, il y a non seulement la narratrice mais aussi, et surtout, Javier Diaz-Varela, le meilleur ami du mari assassiné qui se fait confident de confiance. Celui-ci se rend de plus en plus disponible et, son charme aidant, entame une relation avec Maria. C'est le point de départ d'une relation parallèle aux multiples rebondissements.

Cette histoire m'a surprise car elle m'a fait croire à une histoire de deuil, d'amitié dans une sorte d'admiration contemplative de la part de la protagoniste principale. Mais le tour que prend les événements est bien plus dérangeant car les héros ne sont plus tout à fait ceux que l'on croit. Maria en alliée compatissante devient maitresse d'un homme qui la hante, rencontre imprévue qui l'absorbe totalement.
Le prétexte du départ, ce couple amoureux au café, devient secondaire avec cette relation annexe de la spectatrice (narratrice) avec l'ami du couple, le charismatique Diaz-Varela. Cette passion dévorante de la part de la jeune femme permet d'intégrer certains secrets entre les différents personnages. Et, allez savoir pourquoi mais le hasard n'en est peut-être pas un, concernant les relations entre les uns et les autres.
C'est une intrigue bien ficelée qui permet de faire ressortir toutes les ambiguïtés et les ficelles du sentiment amoureux. Qu'il soit naturel et passionné ou feint et modéré, l'amour rend les héros de cette histoire fragiles et pleins de faiblesse.
L'histoire finit comme elle démarre, à la terrasse du café, mais absolument pas comme on le croit.

Comme les amours - Javier Marias (Gallimard, 2013, 384 p., coll. Du monde entier)

photo

9/12

Posté par Mélopée à 10:00 - Littérature espagnole - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Cette histoire pourrait me plaire je pense !

    Posté par Céline, 26 septembre 2013 à 11:39
  • tu m'intrigues !

    Posté par clara, 26 septembre 2013 à 16:28
  • J'ai aimé l'auteur il y a quelques années, et là je guettais cette nouveauté... empruntée hier en bibli!!!

    Posté par keisha, 26 septembre 2013 à 18:10
  • Tiens, si je devais lire un livre de cet auteur, ce serait celui-là. Ton billet me tente bien !

    Posté par A_girl_from_eart, 26 septembre 2013 à 23:51
  • Une vraie globe-trotteuse. Tu te rappelles encore comment c'est, chez toi ?

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 27 septembre 2013 à 13:48
  • Oh, mais je suis drôlement intrigée! Je note!

    Posté par Karine:), 06 octobre 2013 à 02:12
  • Quel fabuleux livre en effet!

    Posté par Nue de Jean-Loui, 23 octobre 2013 à 09:55

Poster un commentaire