04 avril 2014

Le parfum de ces livres que nous avons aimés de Will Schwalbe

Ce livre-ci j'avais envie de l'aimer dès qu'il m'a été - très gentiment - offert. C'est tout d'abord pour une raison tout à fait arbitraire mais qui m'a semblé, sur le moment, essentielle : je suis tombée amoureuse du titre. On dit souvent de ne pas se fier à l'emballage mais c'est vraiment le gros titre et non la quatrième de couverture qui a remporté mon adhésion. Pourtant le titre américain, The end of your life book club, est bien fidèle au contenu.

L'auteur découvre en 2007 que sa mère est atteinte d'un cancer. Elle, si dynamique et pilier de la famille, doit gérer sa maladie autant que tous les électrons qui gravitent autour d'elle. Il dresse un portrait de Mary Anne, sa mère, très simple mais empreint d'amour. A deux, ils se regroupent pour former un club de lecture et deviser de leurs lectures personnelles. Tandis que Mary Anne a beaucoup lu, son fils lui peine à trouver la fibre lectrice, lui qui doute de continuer son activité d'éditeur. Au fur et à mesure de leurs échanges, les romans se dévorent avec fièvre, les discussions se font plus animées et plus régulières. On en sait davantage sur le parcours exemplaire de cette mère courage qui est portée par une très forte humanité et une ouverture aux autres perpétuelle.

Plutôt qu'un long discours, je tenais à vous retranscrire mon passage préféré, que j'aurais souhaité écrire car il définit parfaitement mon rapport aux livres papier ou numériques. C'est le narrateur, Will, qui s'exprime :

"Ce que j'aime par-dessus tout dans les livres est leur existence physique. Les livres électroniques vivent hors de notre vue et disparaissent de nos pensées, tandis que les livres imprimés ont un corps, une présence. Bien sûr, ils vous échappent parfois en se cachant dans des lieux improbables, par exemple une boîte pleine de vieilles photos encadrées, ou le panier à linge, enveloppés dans un T-shirt. Mais à d'autres moments, ils vous défient et vous trébuchez littéralement sur des bouquins que vous aviez oubliés depuis des semaines ou des années. Je recherche souvent les livres électroniques, mais ils ne viennent jamais à ma rencontre. Ils peuvent me faire ressentir quelque chose, mais je ne peux les toucher. Ce sont des âmes sans chair, sans texture et sans poids. Ils peuvent entrer dans votre esprit mais sont incapables de vous bouleverser." (pp. 59-60)

J'ai dû m'arrêter dans le passage car tout est bon à piocher de ci de là. Will Schwalbe vous entretient de livres, de littérature, de la vie mais aussi de la maladie et des rapports familiaux. C'est un livre plein de tendresse mais aussi bourré de références littéraires et intelligent dans sa tournure. Au départ on commence à noter les livres égrenés lors des réunions entre la mère et le fils. Puis la liste s'allonge et, en parcourant l'ensemble, on se rend compte qu'un appendice regroupe tous les livres évoqués. Et vous n'avez qu'une envie : piochez dans la liste pour suivre à la trace les discussions qui parsèment le roman. C'est totalement addictif, positif et jubilatoire !

Ce livre est beau et fort ! Il vous fait aimer la littérature et vous donne encore plus envie d'aller de l'avant et de partager toujours autour des grands livres qui jalonnent votre vie.

 

Le parfum de ces livres que nous avons aimés - Will Schwalbe ; trad. de Lyne Strouc (Belfond, 2014, 413 p.)

Posté par Mélopée à 22:20 - Littérature américaine - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Moi aussi, j'ai été très touchée par ce livre, d'abord par sa façon d'aborder la littérature. Et puis, ce livre est plein de vie et d'amour. Ce fut un très beau coup de coeur!

    Posté par Fleur, 04 avril 2014 à 23:32
  • Je craquerais bien aussi pour ce livre, tu n'es pas seule!

    Posté par keisha, 05 avril 2014 à 08:14
  • c'est la première fois que j'en entends parler mais il m'intéresse !

    Posté par clara, 05 avril 2014 à 09:28
  • Un très beau titre, à égalité avec le titre original.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 05 avril 2014 à 15:11
  • Moi aussi ce livre m'a fait de l'oeil à cause du titre. Par contre j'ai lu la VO car j'en avais l'occasion, et si j'ai moi aussi aimé la thématique des échanges autour des livres, l'identification qui se fait en tant que lecteur, j'ai été assez déçue du livre au final car j'ai trouvé ça trop "récit personnel" façon "hommage à une mère", et ça m'a dérangée.

    Posté par A_girl_from_eart, 06 avril 2014 à 00:32
  • Oh, mais j'ai ça, moi! Du coup, je sens que je vais le sortir de ma pile!

    Posté par Karine:), 07 avril 2014 à 00:00
  • Moi étrangement, il ne m'a pas donné envie de lire les livres qu'il mentionne. Mais j'ai aimé la relation entre le fils et la mère.

    Posté par Valérie, 07 avril 2014 à 19:56

Poster un commentaire