10 juillet 2014

La vérité sur Anna de Rebecca James

Si vous vous rappelez comme j'ai aimé La beauté du mal, vous pouvez vous douter que j'attendais d'être séduite par ce nouveau livre de Rebecca James. Autant lever le suspense tout de suite, le second essai a été aussi concluant que le premier.

Tim répond à une annonce pour occuper la chambre d'une splendide bâtisse de Sydney occupée par Anna, une jeune femme à l'histoire pour le moins trouble. C'est une aubaine pour le jeune homme qui stagne un peu dans la vie, sans but et avec pour seul emploi une activité de serveur dans le restaurant de son père. Rentré d'Indonésie, Tim s'est en effet séparé de sa copine, la très charmante Lilla, et peine à se relever autant dire que l'aménagement est un nouveau départ pour sa vie sentimentale ainsi que sociale.

Sauf que le quotidien à Fairview (sa nouvelle maison) se révèle peuplé d'inconnu et d'incohérences. Il semble que la maison cache de nombreux fantômes car pendant que les gens dorment ou s'absentent, une (des) présence(s) se manifeste(nt). Loin d'être rassuré, Tim cherche à se rapprocher d'Anna, l'occupante principale qui se terre chez elle. Pourquoi une si jeune fille est-elle agoraphobe alors que des amis semblent l'entourer ? A-t-elle quelque chose à cacher ?

C'est au fil des jours que Tim parvient à nouer un dialogue, à comprendre une part de vérité qui est bien difficile à énoncer. Et c'est grâce à l'appui d'amis, de la famille que les événements risquent d'accélérer vers une implosion de cette micro société aux liens ténus.

L'histoire de Tim et d'Anna vous ne la lâcherez pas car Rebecca James fait alterner les points de vue, renforcent doutes et possibles avec des dialogues omniprésents. La construction est tout à fait similaire à celle rencontrée dans La beauté du mal et excite la curiosité du lecteur : alternance masculin/féminin, dualité entre intérieur et extérieur. Je le conseillerais bien à des jeunes adultes à l'approche de l'été car l'intrigue est prenante et les personnages sont pleins d’ambiguïtés, avides d'aller de l'avant au sortir de l'adolescence mais craintifs de se fixer dans une vie maussade et routinière.

La peur a disparu, mais elle a laissé un vide atroce dans sa poitrine, un sentiment de solitude accablant. Rien ne changera jamais. Elle l'a prouvé aujourd'hui. L'angoisse dirige sa vie ; cette angoisse l'empêche d'être heureuse. Elle est destinée à vivre seule, la folle dans la grande maison, cachée dans le grenier, plus névrosée chaque jour. (p. 190)

Ça se lit comme un thriller et les fils se dénouent avec habileté car Rebecca James nous balade dans une intrigue drôlement bien ficelée (avec tout un lot de secrets révélés pile quand on ne les attendait plus). En plus d'être bien maitrisé, ce livre vous fera voyager en Australie sur les côtes ensoleillées où les jeunes surfent et les terrasses sont remplies http://i184.photobucket.com/albums/x8/BudSpencer013/th_smiley_sun.gif. Rien que pour cela, vous devriez ouvrir ce livre !

Merci aux éditions XO pour l'envoi de ce très bon page-turner !

La vérité sur Anna - Rebecca James (XO, 2014, 327 p.)

Posté par Mélopée à 17:17 - Littérature australienne - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • J'ai bien envie de lire des thrillers ces tes-ci... pourquoi pas. Je ne connaissais pas duuuu tout l'auteur.

    Posté par Karine:), 12 juillet 2014 à 22:22
  • Un troisième tome est prévu ?

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 14 juillet 2014 à 13:00
  • Malgré un très beau billet, je suis peu tentée, peut être le sujet de "ces présences" .. pourtant du dis que c'est un thriller et en règle général j'adore ce style.

    Posté par éléa, 14 juillet 2014 à 16:28
  • @ Karine : Elle est super Rebecca James et ses romans peuvent très bien se lire à la plage sans que ce soit insipide ni rien.

    @ Alex : Pas a priori mais celui-ci n'était pas la suite de "La beauté du mal".

    @ Éléa : Je ne suis normalement pas lectrice de thrillers mais celui-ci, du fait qu'il est centré sur des ados, m'a plus embarquée. Je suis un peu plus âgée que ça mais c'est très prenant !

    Posté par Mélopée, 24 juillet 2014 à 18:26

Poster un commentaire