18 septembre 2014

[Rentrée littéraire] Le Fils de Philipp Meyer

Sortez les calepins, post-it, LAL et autres carnets car ce livre doit (oui, oui doit) figurer dans toutes les bonnes bibliothèques, en cette rentrée. Je dois le dire d'emblée : ma seule vraie tentation de la rentrée, c'était cet ouvrage. Je l'avais repéré depuis des mois et tant la couverture que le pitch me donnaient envie de tout laisser de côté pour partir pour le Texas de Philipp Meyer.

fils_meyer



C'est l'histoire d'une famille, les McCullough qui nous est contée des années 1850 à nos jours. L'élément pivot, c'est l’ancêtre, Eli, qui a été enlevé par les Indiens Comanches tandis que presque toute sa famille était décimée. Adopté par la tribu, ses trois années de périple, de rites initiatiques, l'ont changé et son goût de la nature n'en sera qu'accentuée, à son retour.

Puis, il y a Peter, son fils qui se situe dans un entre-deux. C'est le temps de l'exploitation du pétrole et de la menace des colons mexicains. Il évolue dans l'ombre de son père, dans une sorte d'admiration et de crainte.

Enfin, il y a Jeanne Anne, arrière-petite-fille d'Eli et aussi conquérante et volontaire que lui. Elle est la seule voix féminine au chapitre et est désormais la seule maitresse de l'exploitation familiale. Elle doit faire face à d'autres résistances et doit lutter pour imposer ses volontés face à des partenaires méfiants. Même si c'est la dernière de sa génération à s'élever pour faire perdurer l'entreprise, elle n'est pas sans rappeler son aïeul.

C'est une grande fresque de l'Amérique, à travers le destin d'une famille texane qui a presque tout enduré, du passage des Indiens à l'invasion des Mexicains, en passant par la toute-puissance finale des Blancs. Ainsi en est-il de la conquête de l'Ouest, de la guerre de Sécession, de la colonisation et d'une part de concrétisation de l'American dream. C'est là tout ce que renferme ce roman, de 1836 à nos jours et ce serait encore très succinct de le réduire à ça.

Le livre est animé d'un souffle épique où l'aventure d'une dynastie tient en haleine, par voix entreposées en chapitres alternés car les trois personnages racontent leur pan d'histoire tout en efforts et luttes. Nous faisons donc des bonds dans le temps entre trois époques, synonymes d'enjeux très variables : l'exploitation du pétrole pour Jeannie, la chasse et les scalps pour Eli, l’ancêtre. C'est donc une narration à trois vitesses qui impulse un rythme frénétique mené avec brio et ponctué d'humour.

Là où il faut au départ se référer sans cesse à l'arbre généalogique, fourni en préambule, les McCullough prennent davantage de consistance au fil des pages. Il devient aisé de prendre du recul pour se laisser porter par la grande Histoire et Philipp Meyer parvient à camper des personnages tous redevables d'un puissant héritage générationnel. C'est foisonnant et brillant car tous acquièrent un paquetage culturel et social dû à leur position géographique (sud des États-Unis, frontière avec le Mexique), aux flux migratoires et à leur activité professionnelle.

Ce livre a été mon souffle libératoire de cette rentrée littéraire (et, dites donc, quelle évasion !). J'aurais adoré rencontrer l'auteur lors du Festival America mais il n'était pas présent lorsque j'y suis allée. Je vous conseille de l'écouter ici lors de l'émission L'humeur vagabonde. Je le suivrai incontestablement à l'avenir et peut-être ne serai-je pas la seule !

Le Fils - Philipp Meyer ; trad. par Sarah Gurcel (Albin Michel, 2014, 670 p., coll. Terres d'Amérique)

challenge rentrée littéraire 2014 1% logo

6/6

Posté par Mélopée à 15:48 - Littérature américaine - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Bonsoir Mélopée, tu n'es pas la première à louanger ce roman, je l'ai noté. Bonne soirée.

    Posté par dasola, 18 septembre 2014 à 19:15
  • De plus en plus difficile de résister à ce titre ! Moi j'ai craqué pour le Joseph Boyden suite au Festival America.

    Posté par A_girl_from_eart, 18 septembre 2014 à 22:03
  • Ne t'inquiète pas, il est noté depuis fort fort longtemsp!!!

    Posté par keisha, 19 septembre 2014 à 15:19
  • J'avais déjà croisé ce roman sans y prendre garde, mais je sens qu'il va falloir que je le note !!

    Posté par Sophie Hérisson, 19 septembre 2014 à 16:25
  • Bon, bon, d'accord, je le note.....

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 20 septembre 2014 à 19:47
  • J'en ai lu de très bonnes critiques. Mais j'hésite encore à le noter...

    Posté par praline, 21 septembre 2014 à 11:29
  • Et il est aussi passionnant quand il parle. Pour l'instant, c'est mon roman préféré de cette rentrée.

    Posté par Valérie, 23 septembre 2014 à 19:10
  • J'ai sorti mon calepin et noté ce livre dont tu dis tant de bien. Une belle fresque américaine j'aime !
    Bises et bonne fin de WE

    Posté par Didi, 28 septembre 2014 à 19:25

Poster un commentaire