14 octobre 2014

[Rentrée littéraire] À l'origine notre père obscur de Kaoutar Harchi

Ce livre-ci a reçu de nombreux éloges notamment sur la blogosphère littéraire (lien des billets plus bas) et c'est ainsi que j'ai décidé de me faire mon propre avis. Ce troisième roman de l'auteur, française d'origine marocaine, plonge le lecteur dans une nimbe quasi fantastique où le monde semble presque s'être arrêté.


La narratrice est victime d'une fable des temps modernes : elle est enfermée avec sa mère dans la "maison des femmes", une bâtisse où les maris, pères, frères ont le pouvoir de vous envoyer pour avoir bafoué une loi patriarcale. Mais quelle est la faute de celle qu'on suit ? D'être née ? D'avoir été la fille de sa mère ?
C'est une situation très énigmatique et qui est loin d'être un cas isolé car de nombreuses femmes cohabitent depuis de nombreuses années. Certaines seront libérées, d'autres mourront dans l'attente, le chagrin, l'impuissance. Le temps semble figé dans cet univers féminin où les hommes ont plein pouvoir. Pourquoi n'y a-t-il pas de rébellion ?

Domestiquées, les femmes se taisent brusquement à chaque passage de l'autobus, parlent continuellement à voix basse, craignent la lumière du jour, accrochent au cadran des fenêtres d'épais morceaux de tissu noir. Les femmes n'osent pas se regarder dans le miroir, s'enfouissent sous des couches de vêtements, ne se lavent jamais en se mettant totalement nues. (p. 32)

On évolue à la suite de ces femmes qui sont solidaires dans le drame et qui se résignent à la vie choisie pour elles. Et c'est émouvant de voir la passation des émotions de la mère qui parle davantage aux autres recluses qu'à sa propre fille. Dans l'ombre celle-ci épie aime et respecte cette mère qui fait silence autour de son passé. Le lecteur sent le poids des non-dits, l'héritage familial qui est fait d'un vide immense : qui est ce père qui n'a jamais cherché à la rencontrer ?

Kaoutar Harchi a un ton très juste, presque lyrique lorsqu'il s'agit de donner de la voix à celles qui sont dans le silence. C'est un récit touchant qui peut résonner dans le climat actuel où, ce qui est décrit, n'est pas si loin de certaines nations où l'homme a encore tout pouvoir de décision sur les femmes de la famille. Et l''éclairage sur ces héroïnes silencieuses nous rend la prose sensible et dotée d'une grande profondeur.
Je comprends aisément le plébiscite autour de ce roman qui distille, en moins de deux cent pages, une atmosphère confinée et pesante mais où les personnages subliment toute la bêtise humaine.

Je vous renvoie vers d'excellents billets bien inspirés : Leiloona, L'or des livres, Noukette, Stephie, Jostein...

À l'origine notre père obscur - Kaoutar Harchi (Actes sud, 2014, 163 p.)

challenge rentrée littéraire 2014 1% logo

7/12

Posté par Mélopée à 16:59 - Littérature française - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • il m'attend !

    Posté par clara, 15 octobre 2014 à 09:55
  • Je ne lirai pas beaucoup de romans de la rentrées littéraire cette année mais je crois que celui-ci fera partie des rares élus.

    Posté par Midola, 15 octobre 2014 à 14:58
  • Je n été sens pourtant pas pleinement convaincue.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 15 octobre 2014 à 19:13
  • Sûrement ma lecture la plus marquante de cette rentrée...!

    Posté par Noukette, 15 octobre 2014 à 23:44
  • Un des romans de la rentrée littéraire que je lirai sûrement, le sujet me parle !

    Posté par A_girl_from_eart, 18 octobre 2014 à 22:11
  • C'est un roman que j'ai adoré !! lu début septembre et toujours en tête !!
    http://mesmiscellanees.blogspot.fr/2014/09/a-lorigine-notre-pere-obscur-katouar.html
    Dommage qu'il n'ait pas eu plus de "pub", il est vraiment superbe !

    Posté par Virginie, 27 octobre 2014 à 20:28

Poster un commentaire