01 janvier 2010

Les mots de l'âme de Shay Youngblood

Titre original : Soul kiss

44_15_10

 

Mariah Kin Santos vit avec sa mère dans l'innocence de l'enfance. Coral, sa mère, est celle qui la berce de mots et lui enseigne leur musique. La petite fille ne voit pas la profonde dépression dans laquelle sa mère plonge. De plus en plus isolée, celle-ci décide de partir arpenter les routes afin de donner un sens à sa vie. Elle laisse Mariah, âgée de 7 ans, chez ses tantes dans le Sud, en Géorgie.

Entre tante Faith au caractère entier et intraitable et tante Merleen, plus compréhensive mais néanmoins étrangère, la fillette se cramponne aux mots maternels glissés dans les poches par le passé. De la quête de soi censée ne pas s'éterniser, Mariah guette le retour dans la peur de l'abandon et tente de trouver des causes à la perte incompréhensible de l'être aimé. Jour après jour, Mariah épanche la souffrance sur ses cahiers d'écolière, sur les murs et sur le goudron qui jalonne ses pas. L'espoir demeure mais l'attente se fait plus pesante. La fillette s'imprègne de son nouveau domicile : elle découvre la musique, la ségrégation imposée aux Noirs dans le vieux Sud. A l'épreuve du racisme, elle appose un flegme et une attitude bien adulte et déjà inflexible. Puis vient le temps des premiers émois où le corps prend le dessus sur l'esprit.

Mariah cherche à recoller les débris de passé et vient à évoquer son père avec qui elle parvient à renouer. Lui, surnommé Matisse est peintre à Los Angeles. Il est la face cachée qui redonne un semblant d'ordre familial à la vie chaotique de notre adolescente fragilisée. Son premier cadeau, un dictionnaire donne le ton du pouvoir des mots inconnus qui sont tout un symbole sur le renouveau à venir. Mais l'arc-à-ciel après la pluie est souvent éphémère et l'averse n'est jamais loin.

Je vais peut-être en attirer plus d'un(e)s si je vous dis que ce livre m'a fait penser à Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur. De un car il met en lumière le racisme dont ont fait l'objet les Noirs dans le Sud traditionaliste des États-Unis. Enfin, ce point de vue de petite fille pour conduire la narration est un autre point commun qui donne une force indéniable au récit.
J'ai trouvé que l'histoire regorgeait de poésie et on sent qu'effectivement Shay Youngblood est accrochée à l'esthétique des mots, à leur consonance et à leur signification. Je pense que c'est un livre qui devrait se lire d'une traite car le charme opère dès les premières pages et la trame laisse peu de place pour relâcher l'attention. En un sens cela pourrait être qualifié de qualité car c'est un récit très oral et actuel, de l'autre cela m'a quelquefois posé problème car en reprenant mon volume j'avais l'impression d'avoir du mal à réintégrer le fil narratif. Mais le soufflé est bien monté de mon point de vue et j'ai aimé jouer sur la vague des romans du sud : Beignets de tomates vertes, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur... car quelque part on comprend mieux les problèmes de l'époque. Le racisme est un thème récurrent mais sa mise en scène est ici bel et bien originale.

Il est furieux parce que leur mère leur a dit que la vie n'était pas juste pour les Noirs. D'après Tree, d'après sa mère, dans le monde où nous vivons, la maison que vous habitez, les vêtements que vous portez, les livres que vous lisez ne font pas de vous quelqu'un aux yeux des Blancs si vous êtes un Noir, ou aux yeux des gens riches si vous êtes pauvre. (p. 96)

Tante Merleen dit toujours :"Dieu t'a donné deux yeux, l'un pour regarder ce que tu as, l'autre pour regarder ce que tu veux". (p. 101)

Les mots de l'âme - Shay Youngblood ; traduction de Pierre Girard (Editions Dapper, 2001, 235 p.)

Posté par Mélopée à 12:34 - Littérature américaine - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • première belle découverte de 2010, je suis contente d'être tombée sur ton blog!! je te souhaite une bien belle année à toi (et un bon anniversaire en retard), pleine de lectures, d'échanges et de rencontres!!

    Posté par faelys, 01 janvier 2010 à 14:37
  • Bonne année 2010 à toi. Qu'elle et soit douce et pleine de lectures.
    Ton allusion à Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur a retenu toute mon attention car je viens de le terminer et je sius séduite. Alors me replonger dans cette ambiance. Je le note !!!

    Posté par Constance, 01 janvier 2010 à 14:43
  • @ Faelys : Oh c'est très gentil pour le commentaire. J'aime bien vadrouiller sur les blogs et plus je vous visite, plus je me dis que j'ai du pain sur la planche de mon côté. Très bonne année à toi !

    @ Constance : Je me doutais que ce petit parallèle à l'oiseau moqueur ferait son petit effet. Il faudra que je mette ma critique d'ailleurs ! Bonne année et meilleurs vœux !

    Posté par Mélopée, 01 janvier 2010 à 16:08
  • Déjà le titre est attirant. Et avec ce que tu en dis, je note, je pense qu'il pourrait me plaire.

    Posté par Aifelle, 02 janvier 2010 à 09:21
  • @ Aifelle : Me voilà bien contente que ma critique t'ait plu. C'est vrai que je n'ai pas encore trouvé de blogolecteurs l'ayant lu, j'aurais bien aimé connaître d'autres avis. Je suivrai donc de près si tu te le procures !

    Posté par Mélopée, 02 janvier 2010 à 21:51
  • Je en connais pas du tout ce livre ni l'auteur. Je le note ; ce que tu en dis m'attire.
    Bonne année, petite nouvelle de la blogosphère

    Posté par Thaïs, 03 janvier 2010 à 08:32
  • @ Thaïs : Je crois que les livres des éditions Dapper sont assez méconnus. J'en ai repéré quelques uns que je devrais lire sous peu. Cela a l'air d'être de la littérature très tournée afro et dans ce cas précis afro-américaine.
    Bonne année à toi !

    Posté par Mélopée, 03 janvier 2010 à 10:35
  • J'AIME...

    J'aime ton commentaire qui me donne envie d'aimer la lecture de ce roman, que je mets dans mes "ENVIES DE LIRE"

    Posté par TINUSIA, 05 janvier 2010 à 20:41
  • @ Tinusia : Super ! Je suivrai ton avis si tu le lis car c'est le genre de romans qui marque bien.

    Posté par Mélopée, 05 janvier 2010 à 22:47

Poster un commentaire