05 janvier 2011

La cote 400 de Sophie Divry

Attention, attention, premier roman de grande qualité !

La_cote_400_179x300


Je sors charmée de cette lecture éclair, car en 64 pages, Sophie Divry a réussi à éveiller de nombreuses problématiques liées au livre. Mais venons-en à l’intrigue !

Une bibliothécaire cinquantenaire fait un tour de ronde dans ses rayonnages avant l’ouverture et tombe sur un lecteur endormi. Il sera, durant tout le livre, le témoin et l’interlocuteur – bien qu’il ne dise pas un mot tout au long de l’histoire – de notre bibliothécaire qui en a gros sur la patate. Elle a envie de parler, elle a besoin d'évacuer ce qui l’indigne et en cela c’est le livre, les lecteurs qui vont lui donner matière à discussion. La voilà partie dans un énergique monologue qui ne connait pas de fin. Elle exerce son métier depuis vingt-cinq ans et a donc une solide expérience qu’elle souhaite enfin révéler au grand jour.
Reléguée au rayon Géographie, elle se lamente de ne pas avoir eu le bon rayon car c’est l’Histoire qui la passionne. Et la Littérature, aussi !
Alors elle sent sommeiller toutes ses capacités, toutes ses envies de changer le monde et de partager, car qui viendrait en Géographie, dans le sacro-saint sous-sol où elle vit loin de la lumière ?
Au fil des pages elle se dévoile, dérive et extrapole en abordant le livre (bien sûr), la classification universelle de Dewey (que tous les bibliothécaires doivent bien connaître), la rentrée littéraire, les hommes…

Moi, j’ai besoin de grandes choses. Alors, les hommes, c’est fini. L’amour, je le trouve dans les livres. Je lis beaucoup, ça me console. On n’est jamais seule quand on vit parmi les livres. (p. 18)

Mais il y a ce Martin, fréquent usager de la section, étudiant acharné à la nuque pleine de promesses. Notre bibliothécaire rêve et sublime cet homme qui lui rend visite fréquemment.
Et sinon, pourquoi ce titre ? 400 c’est une des classes instaurées par Dewey. Ce système permet de se retrouver en bibliothèque grâce à des subdivisons par sujets : 000 ouvrages généraux, 100 philosophie, 200 religion, etc. Et le voilà le grand problème qui mériterait qu’on s’y penche : la cote 400 est vacante puisqu’on l’a remaniée. A la cote 400 c’est le vide. De quoi polémiquer dans le vaste champ des sujets.

Nous lecteurs, petits voyeurs assistant à ce grand moment d'abandon, on pioche dans les réflexions, on les picore, on s’enthousiasme de la verve et du panache de cette bibliothécaire qui nous donnerait bien envie de discutailler des heures et des heures. Son style sec, en petites phrases très affirmées ont bien raison des longs délayages qui ne mènent à rien.

A travers cette mise en scène de la bibliothèque, c'est bien une ode à la lecture que nous avons là, rien de moins !

D'autres avis dans la lignée du mien chez Malice, Hélène, Lalou, Cathulu et... j'ai cru comprendre d'après leur critique à toutes qu'il était en train de voyager. Avis aux amateurs, c'est un livre à ne pas manquer !


La cote 400 - Sophie Divry (Les Allusifs, 2010, 64 p.)

Posté par Mélopée à 11:56 - Littérature française - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Il y a des petits livres comme çà qui enflamment la blogosphère. Je l'ai noté bien sûr.

    Posté par Aifelle, 05 janvier 2011 à 13:27
  • Ce qui me pose problème, c'est que la classe 400 n'est pas vide ?!

    Posté par herisson08, 05 janvier 2011 à 14:52
  • @ Aifelle : J'ai hâte d'en connaître ton opinion !

    @ Hérisson : Effectivement, la classe 400 est normalement occupée par les langues. Est-ce une fixation dépassée ou juste une petite transgression? De toute façon on passe volontiers outre !

    Posté par Mélopée, 05 janvier 2011 à 15:10
  • Ça semble vraiment un bon petit livre! Je l'avais noté, mais je suis contente de voir un avis bien positif

    Posté par Allie, 05 janvier 2011 à 15:23
  • Moi aussi, je suis vraiment tentée par celui-ci. Ca semble particulier et ça, ça me plaît!

    Posté par Karine:), 05 janvier 2011 à 17:35
  • Voici un petit roman bien tentant.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 06 janvier 2011 à 14:04
  • C'est peut être juste dans cette bibliothèque

    Posté par herisson08, 06 janvier 2011 à 15:18
  • Cela dit je compte bien le lire ^^

    Posté par herisson08, 06 janvier 2011 à 15:18
  • court comme ça, cela me tente bien!! je le note!

    Posté par choupynette, 06 janvier 2011 à 17:13
  • Dès qu'un livre parle de l'univers des livres, ça me parle! Noté!

    Posté par A_girl_from_eart, 07 janvier 2011 à 00:36
  • Hum, ça risque aussi d'intéresser la libraire que je suis... Je note!

    Posté par Prospéryne, 07 janvier 2011 à 02:02
  • Noté et surligné !

    Posté par clara, 07 janvier 2011 à 09:38
  • je l'ai pris à la médiathèque... et je crois qu'il y a un problème avec mon édition: cela s'arrête à la page 48 avec une phrase non finie!!!

    Posté par choupynette, 18 janvier 2011 à 10:09
  • @ Allie : Avis supra positif même ! Le temps est loin d'être perdu lorsqu'on lit ce livre.

    @ Karine : Exactement alors je t'encourage à te le procurer. C'est du bonheur !

    @ Alex : Eh oui, un tentateur de roman qui s'engloutit en moins de deux !

    @ Herisson : Peut-être que ça concerne effectivement uniquement cette bibliothèque. Quoi qu'il en soit, j'espère que tu le liras !

    @ Choupynette : Ah oui y a sans doute un problème car il faut une bonne soixantaine de pages. As-tu pu lire les dernières pages finalement?

    @ A girl from earth : Je suis dans le même cas. Contente que tu l'aies noté !

    @ Prospé : Ah, me voilà contente ! Qui tente une libraire tente le plus difficile lectorat

    @ Clara : Vivement ton avis alors !

    Posté par Mélopée, 27 janvier 2011 à 22:00
  • Je viens de lire l'avis de Fleur qui me mène ici grâce à un lien. C'est intéressant de lire deux avis complètement opposés

    Posté par Mélo, 04 mars 2011 à 18:21

Poster un commentaire