04 décembre 2011

L'unique objet de mon désir de Frédéric Teillard

FT

Un homme (Gilles), sa femme (Alix) sont les personnages bien ancrés dans ce roman. Gilles est écrivain et il est laissé seul au moment de Noël, livré à ses pages blanches. Pendant ce temps-là, Alix fuit le domicile pour retrouver Nino, son amant, en Normandie. Une bête histoire d’adultère, vous allez me dire ? Pas tout à fait car, tour à tour, ces deux êtres séparés prennent la parole et donnent corps à leurs doutes, leurs envies, leurs espoirs. Pour Gilles c’est une habitude que d’écrire sur la vie. Pour Alix, la confession sur son journal intime tient plus de l’échappatoire, de la thérapie pour trouver sens à ce qui lui échappe.

Gilles persiste à vouloir écrire son nouveau roman mais manque d’inspiration Quant à Alix, c’est du bon temps qu’elle cherche à trouver auprès de Nino, exact opposé de son mari Gilles. Mais n’est-ce pas illusoire de prêter un semblant renouveau à une histoire faite de passion et de chair ? Toute la fiction s’écoule ici pendant la période de Noël, habituellement heureuse et conviviale mais qui est ici charnière en termes de construction et de déconstruction de couple.

Je me suis retrouvée dans ce roman, en particulier empathique par les déambulations d’Alix, tournée vers une vie faite d’imprévus tout en étant nostalgique de ses années de complicité avec Gilles. Doit-elle le quitter ou lui donner une nouvelle chance ? Paradoxalement, c’est aussi cette ambivalence des sentiments qui peu à peu a commencé à m’échauder. Qu’Alix prenne ses responsabilités, si tant est qu’elle ait les clés de son cœur ! De toute façon, ça me fait toujours bondir quand le sujet traite de près ou de loin de l'adultère. Il n'en fallait pas plus pour que je démarre au quart de tour wink

C’est un court roman dont la dynamique repose sur l’alternance de styles : Gilles est un littéraire, un prosateur maniant mots et réflexions avec brio. Pour Alix, la confession est plus énergique, peut-être plus intime et confuse car c’est de son corps et de son âme dont il s’agit. C’est une aventure (extra)conjugale qu’on suit avec plaisir, pressé d’en découvrir le dénouement mais aussi interpellé par le style et par cette intrigue amoureuse qui en concernera plus d’un.

Livre lu dans le cadre des chroniques

L'unique objet de mon désir - Frédéric Teillard (Galaade, 2011, 224 p.)

RL2011b

Posté par Mélopée à 18:29 - Littérature française - Permalien [#]
Tags : , , ,