18 janvier 2012

Histoire d'Omaya de Nancy Huston

Etant davantage portée à soutenir ses oeuvres, vous pouvez penser que j'aime tout d'elle et qu'elle pourrait écrire avec les pieds que je serais toujours à la soutenir. Loin de moi cette idée et je le prouve aujourd'hui avec ce livre qui m'a laissé complètement sur la touche. Elle ne m'avait pas habituée à ça, Nancy !

huston12

Les lectures de Nancy Huston s'enchainent mais ne se ressemblent pas. Pour preuve, je suis passée complètement à côté de cette histoire rocambolesque. Omaya est une jeune femme un peu paumée qui a sans doute subi des attouchements sexuels car elle vit dans une sorte de délire frisant la paranoïa. Une plainte est déposée et pourtant la Justice peine à la croire. C'est le début de son récit témoignant d'une grande souffrance, d'un profond mal-être où Omaya demande de la reconnaissance et une sentence pour ses bourreaux. Les lieux paraissent troubles, insécures comme le métro où tous les contacts semblent être "permis". Quelle peut-être l'échappatoire pour enfin reprendre goût à la vie?


Je crois que le plus compliqué dans ce texte c'est que la narratrice alterne le "je", le "elle" et parle d'Omaya comme s'il s'agissait d'une autre., foncièrement différenciée Dès les premières pages je me suis demandée qui était qui et pourquoi la situation était si alambiquée. Car en plus du jeu je/elle, les actions s'enchainent sans lien évident. Les flash-backs renvoient à la scène de "viol" mais aussi au moment du dépôt de plainte au commissariat, ou aux discussions avec Cybèle, sa mère. De plus, un certain nombre de personnages me sont apparus confus et sans identités affichées : le Hibou, Alix... apportaient-ils vraiment quelque chose à l'histoire? Car dans le drame que vit Omaya, on sent que son désarroi est communicatif, que son histoire l'empêche de progresser, de tourner la page et de vivre en harmonie avec les autres. Néanmoins, était-il nécessaire de semer le lecteur avec toutes ces situations parallèles? Je crois que pour davantage d'empathie, l'histoire aurait gagné en simplicité.

Je ne renonce pas pour autant en ma découverte de la suite des œuvres de Nancy Huston mais Omaya sera vite oubliée, elle et son infortune auxquelles j'ai eu bien du mal à m'identifier. Demain, on passera à quelque chose de nettement meilleur !
 
Histoire d'Omaya - Nancy Huston (Actes Sud, 1998, 203 p.)

Posté par Mélopée à 14:10 - Littérature canadienne - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Tu es très branchée Nancy Houston en ce moment.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 19 janvier 2012 à 14:48
  • @ Alex : Alors tu as remarqué que j'avais focalisé sur elle? Oui, j'avoue...

    Posté par Mélopée, 27 janvier 2012 à 15:19

Poster un commentaire