19 mars 2012

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys

Vous est-il déjà arrivé d'appréhender un livre en sachant pertinemment que vous alliez accrocher, qu'il allait être votre compagnon non-stop quelques heures ou bien quelques jours? Voilà qui présente bien ce roman jeunesse salué comme le meilleur en 2011 selon le magazine Lire.

sepety10

Lina est une jeune Lituanienne douée en dessin et qui s'apprête à intégrer une prestigieuse école d'art à Vilnius, la capitale. Elle vient de Kaunas, au Nord et c'est donc une perspective particulièrement excitante pour la jeune fille. Sauf que le sort en a décidé autrement et qu'une nuit de juin 1941, elle est déportée ainsi que sa famille en Sibérie. Elle est d'abord séparée de son père dans des wagons à bestiaux différents et doit cheminer ainsi des jours et des jours, alors que les forces s'amenuisent, que la nourriture vient à manquer et que les conditions de voyage sont plus que déplorables. Mais l'espoir de reconstituer sa famille heureuse et unie lui sert de leitmotiv alors, elle, son petit frère (Jonas) et sa mère luttent pour survivre. Première étape du voyage, le camp de travail de l'Altaï où tous sont parqués dans des iourtas avec des autochtones qui les acceptent bien difficilement. Le travail n'est pas de tout repos puisqu'il s'agit pour les uns de couper du bois, pour les autres de creuser des trous profonds (dans quel but?). Toute l'organisation est orchestrée par le NKVD et ses officiers russes sont intransigeants voire sadiques dans le déroulement des tâches. Lina creuse, Jonas coud et il y a aussi Andrius, un jeune homme dont la force de caractère rejoint pleinement Lina. Les enfants ne sont donc pas épargnés et la nourriture est rationnée : une miche de pain et puis c'est tout (et n'ayez pas le malheur de tomber malade, vous n'auriez plus aucune portion). Les gens s'affaiblissent et les nouvelles venant de l'extérieur sont filtrées.
Mais l'itinéraire de cette famille ne s'arrête pas là puisqu'un jour une partie des déportés est condamnée à reprendre la route. Et la destination, pour le coup, c'est le glacial et désert Pôle Nord où les bâtiments se comptent sur les doigts d'une main et où pour survivre il va leur falloir se construire un toit.

Comme je l'ai dit dans la discussion de la semaine, j'ai tout aimé dans ce livre, du titre au contenu en passant par la couverture. C'est un livre fort et poignant qui a été désigné meilleur roman jeunesse de l'année 2011 selon le magazine Lire. Et c'est amplement mérité !
Le récit dicté par une Lina incroyablement mûre et lucide. On est comme pris par la main par cette narration à couper le souffle qui nous fait voyager sur des milliers de kilomètres à travers des paysages fantomatiques et dévastés où la liberté n'a plus sa place. Les personnages sont tous, quelque part, empreints d'un charisme qui nous les rend sympathiques. On a le cœur noué de suivre la mère de Lina forte tout en étant complètement perdue sans son mari. Quant à Jonas, il nous parait déjà avoir le sens du devoir, de la famille et du sacrifice. On se dit que c'est un sacré bonhomme qui a bien du courage ! Et enfin Andrius, c'est un peu la poigne de fer de ce récit, qui tient toujours la barre haute et insuffle de la motivation à tout ceux qui l'entourent.
Vous l'aurez compris, j'ai pris un immense plaisir à suivre ce petit cercle de Lituaniens dans un périple qui semble perdu d'avance. Autant j'avais été désarçonnée et pas spécialement touchée par Purge dont les personnages sont Estoniens, autant les personnages ce cet autre pays Balte qu'est la Lituanie m'ont paru pleins d'humanité, de profondeur et de bonté. C'est qu'au fond, tout au long de cette expérience difficile, subsiste une lueur d'espoir de retour à la vie "d'avant", celle où les hommes n'étaient pas traités comme des bêtes.

Un roman sans aucun doute à mettre entre toutes les mains. Lisez-le puis faites-en profitez votre conjoint, votre entourage... ils vous en sauront gré ! Ce fut une belle claque que ce livre jeunesse car j'avais un a-priori sur le genre (du survol plutôt que du récit méthodique) et celui-ci s'est tout bonnement envolé !

A noter aussi les cartes du trajet en début de livre qui sont particulièrement parlantes car même s'il s'agit d'une fiction, d'autres ont été contraints à cet exil. D'autre part la note de l'auteur en fin de récit apporte une autre dimension, encore plus réelle et douloureuse. Les déportations par la NKVD ont été le lot commun de nombreux Baltes en cette année 1941. Voilà une part d'Histoire que j'ignorais mais la lacune est comblée avec ce récit juste et sensible.

Quelques liens pêle-mêle : Canel, Mr Canel, Emmyne, Méloé, Mélo et bien d'autres.

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre - Ruta Sepetys ; traduction de Bee Formentelli (Gallimard jeunesse, 2011, 423 p., collection Scripto)

Posté par Mélopée à 20:53 - Ils ont fait battre mon coeur - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Encore un très beau billet qui me donne, une fois de plus, envie de lire ce livre.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 20 mars 2012 à 14:51
  • Et bien à lire ton commentaire on est vraiment tenté de le lire surtout qu'avec un sujet comme celui-ci on n'est pas toujours disposé à se lancer dans ce genre de livre. Il doit vraiment être bien abordé s'il s'adresse à la jeunesse.

    Posté par Loo, 20 mars 2012 à 18:34
  • J'hésite toujours à le lire et ce, malgré les nombreux avis positifs. Il est dans ma LAL, je l'emprunterai sans doute à la bibliothèque.

    Posté par DeL, 20 mars 2012 à 20:45
  • J'ai aussi repoussé quelques temps cette lecture, pour finalement être bouleversée. C'est un roman magnifique et utile, à mettre absolument entre toutes les mains, comme tu le soulignes. Je suis certaine que beaucoup de personnes ignorent ce pan de l'histoire, alors qu'au contraire, il faut en parler, coûte que coûte. Et le faire par le biais d'un roman permet de rendre ce témoignage plus accessible.

    Posté par Méloë, 24 mars 2012 à 13:31
  • Je dois le sortir de ma PAL !!!

    Posté par Stephie, 26 mars 2012 à 09:21
  • billet rédigé la semaine dernière et programmé. Quelle lecture ! Quel courage ! Inspirant !

    Posté par Theoma, 28 mars 2012 à 09:48
  • J'ai adoré ce livre... J'ai pleuré comme une medelaine... BONNE LECTURE!!!!!!!

    Posté par octavie, 31 mars 2012 à 19:35
  • tu ne me laisse pas le choix avec un tel commentaire !

    Posté par Michel, 01 avril 2012 à 22:41
  • je vais essayer de mettre la main dessus car roman jeunesse ou pas ce thème me passionne, j'ai lu des souvenirs il y a quelques mois : en escarpins dans les neiges de Sibérie, qui relataient ce type de situation en Lettonie
    je vais acheter celui là et le faire lire !

    Posté par Dominique, 04 avril 2012 à 12:28
  • Il me tente terriblement ce roman. Je suis certaine que je serais touchée.

    Posté par Karine:), 09 avril 2012 à 05:03
  • Je ne l'ai pas lu mais je vous fait confiance: je l'ai acheté pour l'offrir à une ado.

    Posté par Valérie, 18 avril 2012 à 10:04
  • Saisissant, ce livre, oui.
    J'ignorais que femmes et enfants étaient déportés également, et qu'ils ont été libérés si tard (les 'chanceux' qui n'ont pas succombé).
    Qqs lectures récentes m'ont appris sur le stalinisme, je crois que le sujet était bien édulcoré dans nos manuels d'Histoire (années 80). Je n'ai tjs pas pris le tps de regarder le livre de 3e de mon fils, pour voir si le stalinisme est abordé de façon + complète, + honnête.

    Posté par canel, 26 mai 2012 à 21:15

Poster un commentaire