23 décembre 2013

Player one d'Ernest Cline

C'est assez difficile parfois de justifier un choix de lecture lorsqu'il s'agit de science-fiction (genre dont je suis peu familière) avec un roman futuriste tiré de nulle part et qui d'ailleurs n'a pas fait de vagues à sa sortie.

Player-One---Ernest-Cline

 

Nous sommes en 2044 et la crise de l'énergie a ravagé le monde. Les gens préfèrent se réfugier dans un colossal monde virtuel baptisé l'OASIS (ontologie anthropocentrique simulée, immersive et sensorielle). Wade Watts a 20 ans et est orphelin. Il vit à Oklahoma City avec sa tante dans une vieille caravane située dans l'un des nombreux bidonvilles qui sont maintenant légion dans l'ensemble du pays.
Il est scolarisé d'abord en ville, où il est la tête de turc, puis a l'opportunité d'intégrer l'une des écoles virtuelles qui permettent désormais l'accès à l'éducation sans sortir de chez soi.

Comme tous ses congénères, Wade cultive bien plus largement son avatar sur l'Oasis (Parzival) que sa vie sociale dans le monde réel. Le roman s'ouvre sur le décès du concepteur de l'immense plate-forme, James Halliday, qui laisse des consignes pout assurer la succession de l'Oasis. Il a mis en place un mystérieux jeu de piste qui permettra à l'utilisateur le plus fervent de prendre les rênes de l'entreprise et ainsi de contrôler toute l'activité virtuelle planétaire.
Wade s'intègre bien évidemment à la communauté des Chassoeufs (ceux qui tentent de décrypter les énigmes menant à l'oeuf, synonyme de victoire) bien que, comme dans la vie réelle il soit de faible niveau. Car bien que le contraste soit saisissant entre le jeu (excellent et sans limites) et la vie (pauvre et sans espoir d'évolution), les ressources sont maintenues en ligne. Certaines personnes fortunées peuvent ainsi se téléporter entre les planètes virtuelles et posséder armes et nourriture, moyennant finance. Les autres, ceux qui survivent sont condamnés à avoir un avatar de base (sans garde-robe) ne pouvant se déplacer qu'en économisant sur plusieurs semaines. Wade fait partie de ceux-là. Il reste à Ludus (planète-école) car ses revenus ne lui permettent pas de monter en niveau (en gagnant des combats grâce à des armes perfectionnées) ni d'explorer la vaste galaxie virtuelle.

Je regardais la quatrième de couverture où le livre est indiqué, par le New York Times, comme "un véritable nerd-gasme". Le jeu de mots m'a fait sourire et il n'est pas loin de la vérité, pour ceux qui apprécient les nouvelles technologies et surtout l'univers des geeks dans toute leur splendeur (séries, jeux, mode de vie). Les afficionados de Pac Man, Warcraft, Joust et bien d'autres seront ravis devant cet univers conceptuel à tiroirs, où le no-life est roi mais où on apprend quand même que la vraie vie pourrait tout de même avoir du positif aussi.

J'ai été captivée par le personnage de Wade, looser et winner, tout à la fois. Parce que dans son sillon, d'autres avatars gagnent à être connus en chair et en os : Aech le bon copain qui lui a ouvert les portes de son salon privé, Art3mis la blogueuse populaire qui pourtant se déprécie... Tous sont sur l'Oasis et entendent bien remporter la mise pour sortir la tête hors de l'eau. D'autant plus qu'une armée ennemie, les Sixers, s'organisent avec des intentions clairement malveillantes pour l'avenir de l'Oasis et de tous ses utilisateurs.
C'est un peu du Sims sur papier, avec beaucoup plus d'enjeux et d'obstacles. Il est loin le temps de la paix et ce qui a fait trembler la Terre pourrait bien se propager à la sphère virtuelle. En somme, c'est palpitant (... et je ne suis pourtant pas une geek, de nature).

Je verrais parfaitement bien une adaptation cinématographique de ce livre dystopique. Truffé de références aux années 80 et bien rythmé, il trouverait sans doute son public parmi les amateurs d'Hunger Games et de films comme Chatroom.

Player one - Ernest Cline ; traduction d'Arnaud Regnauld (Michel Lafon, 2013, 407 p.)

Posté par Mélopée à 17:28 - Littérature américaine - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Pas fan de SF, je passe mon tour.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 24 décembre 2013 à 12:36
  • Joyeux Noël Mélopée, et belles fêtes de fin d'année !!!

    Posté par L'or des chambre, 25 décembre 2013 à 12:00
  • Je l'ai dans ma PAL, j'ai hâte de découvrir. Bonnes fêtes de fin d'année.

    Posté par Hilde, 27 décembre 2013 à 20:47
  • Hum, il pourrait me tenter ! Bonne année 2014 à toi !

    Posté par praline, 03 janvier 2014 à 13:30

Poster un commentaire