22 juillet 2010

Jimmy et le Bigfoot de Pascal Girard

Aujourd'hui je vais vous parler d'une BD (encore?!) qui a su me surprendre et bien agréablement même. Autant dire que les BDs sont un genre à part auquel je m'adonne de temps en temps pour me "forcer" à mettre un peu d'image avec un texte.
J'ai donc reçu
Jimmy et le Bigfoot de Pascal Girard, aux éditions de la Pastèque.

jimmy


Autant vous dire tout de suite que j'ai eu un bon aperçu de la BD avant même de l'avoir en main. En fouinant à droite à gauche j'ai donc découvert que c'était un produit tout ce qu'il y a de plus québécois. A moi le dépaysement avec un texte qui sent bon les sonorités venues d'ailleurs. Eh oui, nous sommes dans le Saguenay, région "perdue" du Québec où Jimmy, un adolescent presque comme tous les autres, mène son bout de chemin sans rien demander à personne.
Mais Jimmy a cédé - ou s'est laissé convaincre -, il s'est fait filmer alors qu'il dansait. Ni une, ni deux son copain diffuse la pépite sur Youtube. Direct c'est le buzz et le vidéo est visionnée plus de 950 000 fois. La célébrité dont il rêvait est-elle maintenant à portée? Dans son bled tout le monde se connait, Jimmy connait en fait "la joie" d'être approché, imité voire même merchandisé, bref il devient une sorte de risée sur qui tout le monde se retourne.

En plus de l'effet boule de neige, Jimmy a un oncle solitaire tout ce qu'il y a de plus sympa. C'est un "bate de gars" comme on dirait chez nous. Voyant les retombées sur son neveu, il décide de filmer et de mettre sa vidéo où il a croisé un Bigfoot sur le net. Et rebelote pour le pauvre Johnny qui revient, de fait, sur le devant de la scène. Je vous épargne sa vie annexe toute compliquée avec une fille qu'il aime en secret, un copain qui flambe en public et un chat assez casse-pied. Et si vous voudriez même entendre parler de Chicoutimi, oui il en est fait mention dans cette BD (frérot, spéciale pensée pour toi).

Bienvenue dans le Saguenay, bienvenue dans le royaume d'un jeune qui flirte avec tout et surtout avec ces nouveaux médias qu'on ne contrôle pas ! Un langage fleuri, des dessins simples et aux teintes assez chaudes, voilà de quoi voyager sans trop dépenser. J'ai aimé les expressions québécoises, j'ai aimé le pauvre Jimmy qui a l'air d'être complètement dépassé par les événements et j'ai aimé le prologue qui ouvre encore de nombreuses voies sur la suite. Vraiment du bon tout ça !

Merci à Logo_blog_o_book et aux éditions de la Pastèque !

Pour d'autres avis, je vous conseille d'aller jeter un œil chez Celsmoon et Kikine qui ont elles aussi passé un bien bon moment en compagnie de Jimmy.

Jimmy et le Bigfoot - Pascal Girard (Editions de la Pastèque, 2010, 48 p.)

Posté par Mélopée à 23:16 - BD, mangas - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Je voulais l'emprunter à la bibli, j'ai eu un gros coup de coeur pour la série Paul, édité à La pastèque aussi.

    Posté par Maribel, 23 juillet 2010 à 03:52
  • Déjà repérée chez Kikine puis Celsmoon, tu confirmes une fois encore qu'il faut que je la lise

    Posté par **Fleur**, 23 juillet 2010 à 18:53
  • @ Maribel : Ah mais Paul je suis sûre que j'adorerais. Il faut absolument que je m'y mette. Une chose est sûre, je reviendrai vers la Pastèque moi aussi

    @ **Fleur** : Ah ça oui ! Ne serait-ce que pour le langage ça vaut le coup d'y jeter un œil. On se laisse facilement embarqué. Et une fois dedans Jimmy a tôt fait de bien nous balader là où il veut.

    Posté par Mélopée, 24 juillet 2010 à 23:01
  • Hein, ça se passe chez nous, ça??? Je savais pas du tout! Du coup, je suis un peu plus curieuse de voir le Saguenay représenté en BD!!

    Posté par Karine:), 27 juillet 2010 à 19:50
  • Il a l'air chouette cet éditeur !

    Posté par Mélo, 29 juillet 2010 à 20:25
  • @ Karine : Ben il semblerait oui et j'avoue que ton patelin me plait beaucoup. De plus en plus j'ai envie de savoir ce qu'il se passe de l'autre côté de l'océan. Une belle BD bien représentative (il me semble).

    @ Mélo : Oh oui et je ne m'arrêterai donc pas là

    Posté par Mélopée, 12 août 2010 à 23:24

Poster un commentaire