27 août 2011

A l'enfant que je n'aurai pas de Linda Lê

Ce texte de Linda Lê sur le choix de non-maternité est un témoignage émoa_l_enfant_que_je_n_aurai_pas_230033uvant (à destination de son enfant immatériel) qui, en quelques soixante pages, nous entraine dans une réflexion détonante. Quel est le point de vue de la bonne société sur ces femmes qui ont décidé de ne pas enfanter? Il va de soi qu'elles sont jugées, pointées du doigt et doivent même se justifier car ne pas vouloir avoir de descendance est une décision lourde de conséquences.

Linda Lê en fait l'expérience avec son petit ami, S., qui use de tous les arguments pour tenter de la convaincre d'enfin entrer dans le moule. Mais l'auteur a déjà bien réfléchi à la question et trouverait presque contre nature de donner naissance à un être non désiré. Doit-on abdiquer pour sa compagne ou son compagnon? Peut-on espérer un éveil de l'instinct maternel en voyant la "septième merveille du monde" pointer le bout de son nez?

Les mots de Linda Lê sont puissants, brillants et ont résonné en moi extrêmement fort car ils sont criants d'une autre vision de la vie, non moins belle, mais différente de la majorité. Je me suis plus d'une fois remise en question en me disant que foncièrement la femme a, à notre époque, son propre libre-arbitre et peut donc décréter ne pas vouloir être féconde. Est-ce un mal? Peut-on parler d'égoïsme? C'est un vaste débat auquel je ne suis pas sûre d'avoir une opinion très tranchée. Mais le non-désir de maternité m'interpelle car, au contraire de Linda Lê, j'ai un besoin viscéral de me "perpétuer". Je n'en suis pas encore là mais je ne pourrais concevoir un avenir sans enfant. D'un côté comme de l'autre il doit y avoir un certain égotisme, à vouloir avoir toujours une partie de soi et/ou de son nom sur Terre, pour continuer à exister, par prolongement.

Et comment aurais-je subvenu à leurs prodigalités, moi qui suis une cigale, gaspillant mon avoir dans les librairies, moi qui tombe toujours amoureuse d'irresponsables sans fortune, moi qui n'ai pas un métier solide, mais ne suis qu'un écrivain dont les romans ne font pas un tabac? (p. 27)

Sitôt tournée la dernière page, j'ai voulu reprendre certains passages et reparcourir le livre, avec un second plaisir, celui de bien m'imprégner de ces mots, touchants de sensibilité et pourtant très justes et mesurés. Car Linda Lê nous fait part de sa vie, avec S., mais aussi avec des parents (qui n'ont peut-être pas été des exemples de parents), mais aussi avec elle-même et ses démons.

A lire d'une traite et à reprendre à l'occasion pour ne pas garder des œillères sur l'inévitable "fatalité" d'assurer la lignée. D'autres points de vue existent... et c'est tant mieux !

A l'enfant que je n'aurai pas - Linda Lê (NiL, 2011, 64 p., collection "Les Affranchis")

RL2011b

Posté par Mélopée à 17:02 - Littérature française - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Je vois que la rentrée littéraire est à l'honneur chez toi ! Beau titre. De là à ce que je l'ajoute à ma LAL...

    Posté par Moka, 27 août 2011 à 20:04
  • Le sujet m'intéresse moi qui est décidé de ne pas faire d'enfant ... Je suis curieuse de la position de l'auteur.
    Merci !

    Posté par Didi, 27 août 2011 à 21:04
  • lire :"Ai décidé " oups

    Posté par Didi, 27 août 2011 à 21:05
  • Position sans doute courageuse mais que j'ai pour ma part du mal à comprendre.

    Posté par Mango, 28 août 2011 à 06:25
  • Je l'ai acheté car j'aime beaucoup cette collection et rien que le titre est beau et terrible !

    Posté par clara, 28 août 2011 à 08:10
  • Très intéressant car le sujet m'est très proche. Je note.

    Posté par Manu, 28 août 2011 à 16:33
  • @ Moka : Eh oui, la rentrée littéraire est une période d'effervescence qui me booste dans mes envies. C'est vrai que le titre est joli !

    @ Didi : Le point de vue de Linda Lê donne à réfléchir. Moi qui étais une farouche opposante avant ça, j'ai maintenant une opinion plus modérée.

    @ Mango : Je crois qu'on est beaucoup à se demander pourquoi se refuser ce plaisir. Mais ça se respecte !

    @ Clara : Je lirai ton avis avec la plus grande attention

    @ Manu : Là aussi, si tu le lis je suivrai ta critique. C'est le genre de sujet pour lequel on voudrait avoir d'autres avis, d'autres positions !

    Posté par Mélopée, 28 août 2011 à 21:28
  • Je n'avais pas eu l'idée de me pencher sur cet ouvrage mais ton billet donne très envie, vraiment !

    Posté par Lili, 29 août 2011 à 17:20
  • @ Lili : Merci à toi ! J'ai bien envie d'approfondir le sujet avec un livre intitulé "No kid" qui a eu de bonnes critiques. En tout cas avec Linda Lê, on s'immisce dans le sujet avec pudeur.

    Posté par Mélopée, 31 août 2011 à 11:22
  • Je pense que je me pencherai sur cet ouvrage car je n'ai pas d'enfants, et je me dis de plus en plus que je n'en aurai sans doute pas.

    Posté par Sharon, 04 septembre 2011 à 11:37
  • @ Sharon : Une chose est sûre, ce livre relance le débat ! J'ai bien envie quant à moi d'approfondir le sujet et je compte poursuivre avec "No kid" un de ces jours.

    Posté par Mélopée, 04 septembre 2011 à 18:37
  • très tentée par ce livre car assez concernée par le sujet.... J'ai demandé un SP. On verra si mon voeux est exaucé !

    Posté par Géraldine, 06 septembre 2011 à 20:34
  • J'ai énormément envie de lire ce livre. Et ton billet me donne furieusement envie de courir à l'ouverture de la librairie !

    Posté par Leiloona, 10 septembre 2011 à 08:52
  • @ Géraldine : J'ai hâte de voir ce que d'autres en pensent. Si tu le lis, je suivrai ton avis.

    @ Leiloona : Et moi j'ai furieusement envie de savoir ce que tu penses

    Posté par Mélopée, 11 septembre 2011 à 17:50
  • Comme toi, j'ai beaucoup aimé l'écriture, superbe. Mais je ressors de cette lecture triste, vraiment, pour cette femme, qui selon moi ne s'affranchit d'aucun diktat de la société quant à la grossesse mais subit au contraire son mal-être et les casseroles psychologiques qu'elle se traîne depuis l'enfance... On sent, à la manière dont elle en parle, qu'elle aurait pu l'aimer, cet enfant, mais elle s'en prive, et je trouve ça vraiment dommage pour elle...

    Posté par Liliba, 13 septembre 2011 à 12:06

Poster un commentaire