30 décembre 2014

Constellation d'Adrien Bosc

Ce livre de la rentrée littéraire d'août/septembre a été ma plus belle révélation française et pourtant le sujet n'augurait pas un tel effet de surprise. Premier roman d'un jeune (qui a mon âge, en fait) auteur et éditeur, Adrien Bosc offre une enquête basée sur un fait réel : le crash du Lockheed Constellation, avion transportant 48 personnes, le 27 octobre 1949. Il s'intéresse, à travers de courts chapitres, aux vies respectives de ces passagers d'infortune, qui se sont prématurément échouées sur un archipel des Açores alors que leur vol d'Air France devait les mener jusqu'à New York.

65 ans après, les catastrophes aériennes sont toujours d'actualité et encore plus cette année avec les crashs en Asie et en Afrique. Mais dans ce vol F-BAZN il y a deux vedettes que la France pleure, le boxeur Marcel Cerdan (amant d'Edith Piaf) et la violoniste Ginette Neveu. Les chapitres donnent voix aux protagonistes du vol, des bergers basques venus tenter leur chance aux Etats-Unis à ce père séparé en route pour tenter de reconquérir sa femme. C'est une succession de destins brisés, une incompréhension sur ce qui a pu se passer car les technologies de vol n'étaient pas assez développées à l'époque. Et le lecteur prend part à cette émouvante dernière traversée avec le cœur un poil serré mais toujours un peu sur la réserve. En effet, Adrien Bosc n'a pas pris le parti de faire pleurer dans les chaumières mais plutôt d'exposer des faits, d'émettre des hypothèses et de suivre la commission d'enquête, dépêchée sur les lieux. 

Le style est pointilliste, il saute d'un personnage à l'autre pour scanner une tragédie "banale" du transport aérien. C'est très habilement construit et cela ne tombe jamais dans le pathos même si certains détails peuvent interloquer comme l'imbroglio incroyable autour de robes de deux victimes. Adrien Bosc s'est appliqué et a même contacté le fils d'un des passagers ce qui relie le tout à un présent immuable. C'est très fort et cela donne à réfléchir sur ces vies fauchées et sur le poids du destin.

Pour moi, la distinction du Grand Prix de l'Académie Française est bien méritée car ce livre-reportage est original et dose subtilement tous les éléments pour rendre le fil conducteur si limpide qu'on croirait que l'histoire a eu lieu hier.

Livre lu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire organisés par PriceMinister-Rakuten et une fois de plus avec Oliver comme chef d'orchestre.

Source: Externe

Constellation - Adrien Bosc (Stock, 2014, 192 p., coll. Bleue)

Posté par Mélopée à 17:06 - Littérature française - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Je suis curieuse mais les trucs sur les accidents d'avion, je pnese que je suis mieux de ne pas lire... vraiment mieux!!

    Posté par Karine:), 30 décembre 2014 à 19:05
  • C'est amusant, j'ai lu un billet complètement différent hier sur ce roman ! C'est très intéressant ces avis divergents, ça permet de mieux comprendre de quoi parle le roman et de quelle manière...

    Posté par krol, 30 décembre 2014 à 20:57
  • Hé bien, c'est drôle, depuis que ce livre a été primé, j'essaie d'espérément de comprendre de quoi il parle et à chaque fois je bute sur le crash d'avion en me demandant comment ça pourrait me transcender, et là ton billet éclaire tout. Du coup, je pense que je le tenterais bien !

    Posté par A_girl_from_eart, 31 décembre 2014 à 13:23
  • Malgré tout, il ne me tente pas.

    Posté par Alex-Mot-à-Mots, 03 janvier 2015 à 17:48
  • Pour faire bref, ce roman (que j'ai aimé) m'a fait penser à un roman de Modiano (pour sa recherche minutieuse des détails du passé), mais qui serait re-visité de façon plus légère et plus gaie.

    Posté par Harry, 09 décembre 2015 à 14:40

Poster un commentaire